Avis aux visiteurs !
Ce forum est classé +18 ans, il peut contenir des textes et scènes RP violentes et érotiques.
Nous conseillons aux plus sensibles de passer leur chemin.

Partagez|

Si près d'une ville?! Quelle folie... [PV Demlah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Si près d'une ville?! Quelle folie... [PV Demlah] Dim 26 Oct 2014 - 21:42
Cela faisait quelques semaine qu'une rumeur courrait parmi la population de Londë, dans les rues de la cité arboricole le bruit grandissait. Il y aurait une malédiction qui pèserait sur la région celons certains, d'autres disaient qu'un monstre était venu hanter la forêt, les plus pragmatiques penchaient pour un groupe de brigands tuant et pillant sous le couvert de masques et de tours de passe passe pour faire croire à des monstres.

La vérité était une sorte de mélange de tout cela, mais la vérité n'était pas dirigée contre eux, cette vérité était un corps frêle, vaguement protégé par des ruines de vêtements crasseux. C'était une petite furry, arrivée depuis un ou deux mois et survivant dans les bois comme elle le pouvait. Mais dire qu'elle rependait la terreur dans la région, tuant et pillant serait faux. Il est vrai que des corps sans vie étaient bien son oeuvre, en quelque sorte, mais ce n'était pas volontaire, les pillages de maisons dont les habitants étaient mort n'était pas de sa patte non plus.

Cependant le dépérissement d'une partie de la forêt qui faisait croire aux habitants qu'un monstre maudit se promenait entre les arbres était bien plus proche de la réalité. En effet Diaphane était le nouveau monstre hantant les bois, partout où elle va, du moment qu'elle reste un peu la zone se met lentement à perdre sa vitalité, devenant morne et sans couleur. C'était le cas d'une zone de plusieurs dizaines d'hectares, à cet endroit le feuilles ternissaient et chutaient lentement de leurs branches, tournoyant dans un vent au sifflement triste.

Un mouvement furtif vient pourtant troubler le calme surnaturel des lieux, une forme se déplaçant rapidement entre les troncs. Des paroles prononcées à la hâte ou des cris terribles déchirants le silence de mort qui règne en ces lieux. C'est là le monstre terrifiant, l'horreur sans nom dont discutent les honorables citoyens de Londë.

Soudain les bruits de pas s'arrêtent, un son mat se fait entendre, comme un coup envoyé dans un oreiller, la forme s'affale sur le sol, tremblant comme une feuille, des lambeaux de tissus crasseux se déposant sur et autour d'elle tels des fantômes avides du peu de conscience habitant encore cet être. Recroquevillée sur le sol Diaphane tente de se remettre de sa rencontre aussi brève que violente avec le solide tronc d'un chêne massif. Se tenant la truffe elle laisse des larmes rouler sur son museau et ses joues, creusant des sillons presque propres sur son visage.

Sitôt que la douleur devient supportable elle commence à se relever, c'est le moment que choisissent ces voix qu'elle connait si bien et hait tant pour revenir la tourmenter, lui rappelant combien elle est insignifiante, faisant remonter ses souvenirs les plus douloureux à la surface. Alors elle reste là, à genoux, quelques feuilles tourbillonnant sous l'effet d'une bourrasque à ses côtés. Elle aurait tant besoin que quelqu'un vienne la consoler, lui dire que tout ira bien, mais elle sait que ce n'est pas possible, personne ne se soucie d'elle, personne ne veut l’approcher pour autre chose que lui faire du mal... de toute façon elle ne doit approcher personne, ce serait dangereux, elle risquerait de laisser une personne de plus pour morte, cette dernière décédant peu de temps après à cause des quelques bêtes prédatrices rôdant encore dans les environs.

"Pourquoi... pourquoi... pourquoi vous ne vous taisez pas.... laissez moi, je veux être seule... pourquoi ne vous taisez vous pas!" *sanglots* "je n'ai rien fait laissez moi tranquille... je ne veux plus vous entendre..."

Malheureusement pour l'étrange petite furry il ne suffit pas de demander pour que le bourreau cesse son oeuvre, et dans son cas c'est un esprit mauvais et très puissant qui est à l'origine de ses tourments. Il veut la posséder, pleinement, pour toujours, mais il est bloqué alors il enrage, il lutte contre ses fers qui sont la chair et les os de Diaphane. Il hurle sur son geôlier, pauvre petit esprit blessé à maintes et maintes reprises, sans pour autant arriver à l'affaiblir assez pour sortir de son étroite cellule. N'y tenant plus Diaphane laisse une partie sa colère, de sa peur, de sa douleur, de tout les sentiments qui lui cisaillent les entrailles jaillir à travers sa voix.

"JE NE VEUX PLUS VOUS ENTEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEENDRE!!!!"

Elle hurla de toute la force de sa petite voix, puisant autant dans ses forces que dans celles que le démon en elle lui transmettait, leur deux tonalité se mêlant en une voix grave et sourde qui fit vibrer l'air à des kilomètres et des kilomètres à la ronde, finissant en puissant rugissement de bête blessée. Encore une fois le peuple de Londë aurait à parler sur ce qu'il avait entendu venant des bois.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Si près d'une ville?! Quelle folie... [PV Demlah] Lun 27 Oct 2014 - 17:17
J'étais arrivé il y a quelques mois à Londë. Et pourtant, ça allait déjà mal. En effet, un peu après mon arrivé, de nombreux corps sans vie ont été retrouvé dans la forêt. La forêt aussi mourrait peu à peu, mais étrangement, c'était par zone, et dans ces zones, étaient retrouvé les corps morts. Rapidement, la peur avait envahi l'esprit des exilés, quelques courageux, avait cherché la cause de cette malédiction, et les quelques heureux revenu en vie, avait vite parlé d'une créature horrible qui tuait ce qui s'approchait d'elle.  Malgré ce climat, je restait tranquille, jusqu'à ce qu'on retrouve des animaux, hybrides et furrys décédés. Là ce fût trop et, après avoir obligé ma sœur a resté à l'abri, je pris mon arc et me mit à la recherches du monstre accompagné d'un petit groupe composé de 3 elfes.

Mon arc en main, j’examine le corps d'un renard mort alors que mes compagnons surveilles aux abords de la végétation décédée. Fermant ses paupières, je fais une rapide prière pour lui puis regarde de nouveau de nouveau la végétation décédé. M'approchant du centre, je voit que la végétation est morte lentement dans une sorte de périmètre. Faisant la 5iéme zone fouiller, je remarque que comme pour les autres, quelques plantes qui tente de renaitre difficilement. Soudain, un violent hurlement se fait entendre à l'est de ma position. Mon groupe, plus vite qu'un guépard, fuit me laissant seul. Soupirant, je grimace devant leur courage et je me tourne vers le cri où, Sautant sur un arbre, je fonce à vive allure, préparant mon arc et arrive en vue d'un arbre séchant à peine. Me stoppant avant de toucher l'arbre, je tourne autour de la zone morte et cherche une zone où ma vue serait bien dégagé.

Au centre, je repère une créature seul, couchée à terre. Sifflant, j'appelle un jeune merle qui a vue d’œil est rigoureux. Lui demandant de venir prés de moi, il vient se poser sur mon doigts où, lui souriant, lui demande d’attaquer la créature inconnu de manière à protégé sa famille. Le merle, m’obéissant, s'envole et fonce vers la créature mais arrivé à mi-chemin, tombe raide mort dans un léger bruit de chute. Je réagit directement, bandant mon arc et visant ma cible qui, elle aussi réagit, regardant la source du bruit de chute causé par le merle. Fermant un œil, je vise son cœur avant de voir une queue étrange bouger au ras du sol. Ouvrant mes deux yeux, je regarde son visage et remarque que, malgré quelques bizarreries, c'est une furrys. Débandant mon arc, je descend au sol où, plus proche d'elle, je lui crie d'une voie audible la plus bête et méchante des question:


-Dit jeune furry, est ce toi qu'on surnomme "le monstre des bois" et qui cause autant de dégât dans la forêt ?
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Si près d'une ville?! Quelle folie... [PV Demlah] Lun 27 Oct 2014 - 18:17
Diaphane était restée au même endroit depuis le terme de son cri, vaguement essoufflée, elle était comme dans un état second, les yeux dans le vide, son esprit reprenant mollement forme alors qu'elle venait de se laisser submerger par tout ce qui la taraudait depuis plusieurs jours. En un sens elle allait beaucoup mieux maintenant, mais dire qu'elle se portait bien aurait été un mensonge.

Ses sens revenaient peu à peu à leur état normal, lui permettant de percevoir ce qui l'entourait sans trop forcer, elle put donc constater que son dérapage avait eut des conséquences... encore. Une espèce de brume noire flottait dans les airs, voletant mollement alors que de petites bourrasques la traversait, on aurait dit un sirop aérien couleur de nuit. Mais avoir fait apparaître cette étrange fumée n'était pas le plus grave, la végétation alentours avait perdue toute sa vitalité, l'herbe était noircie, les quelques fleurs poussant ici et là maintenant fanées.

Voyant l'étendue des dégâts Diaphane laissa à nouveau les larmes ruisseler sur son museau, emportant une partie de la crasse que le maculait, se cachant le visage sous ses mains elle baissa la tête et resta un moment, là, à sangloter doucement. Elle fut interrompue par un bruit mat, comme un petit choc sur le sol, se retournant vivement pour chercher l'origine du son elle ne vit rien, mis à part un petit corps d'animal, il n'était pas étonnant que l'oiseau soit mort, de toute façon tout dépérissait à son contact. Sa queue s'agita mollement, passant d'un flanc à l'autre, pour exprimer son mal être tandis que son corps s'agite à nouveau sous les sanglots.

Mais l'accalmie fut de courte durée pour son esprit qui s'effrayait au moindre bruit, en effet le bruit de quelque chose de bien plus lourd qu'un petit volatile tombant se fit entendre. Instantanément elle releva la tête, ses oreilles bien dressées, et cherche la cause de ce fracas venu perturber le silence de sa solitude. C'est un elfe, un peut plus loin, il a dut sauter d'un arbre où il était caché.

*Pourquoi il se cachait? Il a un arc, il doit vouloir me tuer. Encore... on veut toujours me tuer... je ne me laisserais pas faire...*

-Dit jeune furry, est ce toi qu'on surnomme "le monstre des bois" et qui cause autant de dégât dans la forêt ?

Diaphane sursauta, la question la prenant au dépourvu, elle s'était attendue à ce qu'il bande son arc et pointe une flèche sur elle. Elle ne savait trop comment réagir, il était rare que quelqu'un prenne le temps de lui poser une question d'un air calme et sans l'insulter. Mais il valait mieux rester sur ses gardes tout de même, ce ne serait ni la première ni la dernière fois que quelqu'un voudrait sa mort en s'y prenant d'une façon détournée. Cependant il y avait tout de même quelque chose que Diaphane détestait, c'est qu'on la traite de monstre, comme si elle le faisait exprès... La fumée qui se dissipait peu à peu se rapprocha d'elle, formant comme un voile qui tourbillonnait mollement autour des lambeaux formant ses vêtements.

"Le monstre... le monstre... tout le monde ne pense qu'à ça... J AI DONC L AIR SI TERRIBLE!!! je n'ai rien fait... je je, ce n'est pas ma faute... je n'ai pas le choix ce n'est pas moi, pas moi..."

Durant le cour moment où elle avait criée la brume nocive avait frissonné, bougeant un peu plus vite, des ombres légères avaient coururent sur son pelage et ses yeux s'étaient assombris. Puis elle avait retrouvé son apparence normale, pour peu que l'on puisse dire cela de son corps si spécial. Le reste de ce qu'elle avait dit c'était pour elle, comme si elle cherchait à se justifier ou à se rassurer.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Si près d'une ville?! Quelle folie... [PV Demlah] Lun 27 Oct 2014 - 21:14
Ayant vu le jeune merle mourir au contact de ce brouillard noir et de ma faute, je sentait le goût aigre de l'amertume du regret me monter à la gorge. J'avais au moins bien compris que le brouillard risquait de me tuer en un éclair. Ayant compris le danger, je bandait mon arc et visait avant de voir que ma cible était une furry. Après avoir vu ce détail, j’étais descendu de mon perchoir .

Une fois à terre, je crie une question direct, un rien méchante mais indispensable pour me renseigner où je lui demande si c'est bien elle la créature de la forêt. Suite à ma question, je vois le brouillard noir frémir et je sens de drôle de vibration dans l'air. Comprenant mon erreur, je reste sur mes gardes et je ne peux qu'assister à un léger assombrissement de ses couleurs. D'une voie où se mélait colére, rage et tristesse, elle hurle avec une vigueur surprenante:

"Le monstre... Le monstre... Tout le monde ne pense qu'à ça... J'AI DONC L'AIR SI TERRIBLE?! Je n'ai rien fait... Je... Je... Ce n'est pas ma faute... Je n'ai pas le choix, ce n'est pas moi, pas moi..."

Je reste bouche bée devant ses paroles. Étonnamment, je n'avais plus l’impression d'être face à une furry mais face à un pauvre animal inoffensif et terrifié. J'observe son pelage qui doucement redevenait plus clair tout en comprenant qu'elle était innocente, d'une certaine manière. Sortant du buisson, je m'en approche en douceur avant de m'arrêter à un métre du brouillard où, sous ses yeux, je retire mon carquois de mon dos et le pose à terre, gardant néanmoins mon arc en main. Ne voulant pas faire de sourire forcé, je lui dit, sans aucun sourire mais d'une voie se voulant douce:

- Désolé jeune furry, je ne voulait pas paraitre méchant, je voulait juste être sur d'être face à la cré... Personne ayant tout ces dégâts. Sache qu'avec moi, tu n'as rien à craindre. Á moins que tu ne tente de me tuer volontairement, je ne t'attaquerais pas. Quelle est ton nom ?

Une fois sa réponse dites, je reste silencieux et la contournant, je m'approche doucement du jeune merle et le prend voulant m'excusez de l'avoir tué sans vouloir. Je m'approche d'un arbre et le pose d'une branche, formant ensuite une sorte de nid avec des branches et des petites feuilles mortes. Parlant à la jeune furry, je lui dit avec une voie où on entendait mon regret:

-Sache que ce merle, tu ne l'as pas tué, puisque c'est moi qui l'aie envoyé vers toi. Je m'excuse envers vous deux pour ce geste plus que stupide .
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Si près d'une ville?! Quelle folie... [PV Demlah] Lun 27 Oct 2014 - 23:07
Il semblait que l'elfe soit quelque peu surpris par la façon dont Diaphane venait de s'exprimer car il en resta bouche bée quelques instant avant de se reprendre, scrutant son pelage où les ombres disparaissaient peu à peu. Bien qu'il semble toujours aussi méfiant que si elle allait lui sauter à la gorge il sortit du buisson où il s'était dissimulé peu avant et se rapprocha, sans gestes brusques. Même si il était venu avec douceur et n'avait pas montré d'agressivité elle recula de presque autant de pas qu'il avait avancé, ne voulant pas qu'il soit trop près.

Il attrapa son carquois ce qui fit se crisper Diaphane, la fumée l'entourant cessant instantanément de bouger, comme figée, elle le regarda le déposer leeeentement au sol. Il garda son arc en main, elle savait bien qu'il pourrait récupérer une flèche le bander en un claquement de doigt et n'en fut donc pas moins sur ses gardes. L'elfe sembla hésité à faire quelque chose puis il desserra enfin les lèvres pour lui parler.

- Désolé jeune furry, je ne voulait pas paraître méchant, je voulait juste être sur d'être face à la cré... Personne ayant tout ces dégâts. Sache qu'avec moi, tu n'as rien à craindre. Á moins que tu ne tente de me tuer volontairement, je ne t'attaquerais pas. Quelle est ton nom ?

*Rien à craindre... si seulement... je n'avait 'rien à craindre' des derniers qui m'ont violentés!*

Lorsqu'il lui demanda son nom Diaphane tourna la tête, sentant des larmes lui monter aux yeux, c'était facile pour lui de demander ça, tout le monde est censé avoir un nom... tous les gens normaux, même les pires, mais pas elle... Elle on l'appelait le monstre, le démon, la sorcière, mais jamais on le lui avait accordée un vrai nom... à nouveau de grosses gouttes roulèrent de part et d'autre de son museau, mouillant la fourrure de ses joues.

"Je je ~snirfl~ je n'ais pas... de nom... pas de vrai nom..."

Elle s'assit par terre, se recroquevillant sur elle même alors qu'elle sentait son cœur se serrer, elle passa ses bras autour de ses jambes et posa sa tête sur ses genoux, les oreilles tombant sur les côtés. Diaphane c'était le nom que lui donnait parfois la chose en elle, pour lui rappeler la première personne qu'elle avait tuée, sans même se rendre compte de ce qu'elle avait fait, ce n'était pas un vrai nom, comme vous en donne vos parents... Elle remarqua à peine le petit rituel de l'elfe qui avait posé le cadavre de l'oiseau sur une branche.

-Sache que ce merle, tu ne l'as pas tué, puisque c'est moi qui l'aie envoyé vers toi. Je m'excuse envers vous deux pour ce geste plus que stupide

Elle l'entendit mais ne l'écouta que vaguement, se battant une fois de plus avec les pensées qui la tourmentait, faisant un blocage sur le nom. Parmi toutes les pensées parasites, celles lui rappelant qu'elle n'appartenait pas à la population 'normale' car il lui manquait des choses aussi bêtes qu'un nom faisaient partit de ses plus grands débats internes. Elle se parlait à elle même tout en pensant à cela, quelques souvenirs remontant à la surface à cause du démon en elle. La brume noire flottant encore vaguement autour d'elle, la majorité s'étant dispersée ou ayant simplement disparue, cela ressemblait maintenant à un peu de poussière en suspension dans l'air.

"laisse moi... je sais je sais je sais... mais pourquoi moi... je n'ai rien fait, pourquoi... taisez vous je vous hais. Je ne voulais pas..."
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Si près d'une ville?! Quelle folie... [PV Demlah] Mar 28 Oct 2014 - 10:10
J'étais sortit de mon buisson pour m'en approcher, mais elle, d'un même mouvement reculait. Un pas pour un pas. Comprenant que je n'arriverais pas à plus m'en approcher, je restait donc à la distance et avec lenteur, retirait de mon dos mon carquois de flèche pour le posé au sol. Néanmoins, je voyais à son regard qu'elle restait sur ses gardes, ce qui ne m'étonnais pas. Sans aucun sourire, ne voulant pas forcer, mais avec douceur, je lui demandait son nom.

Tournant la tête, je sent venir à moi une drôle d'odeur. Fermant les yeux, je comprend que c'est une odeur de tristesse et je grimace, comprenant que j'ai heurté un point sensible. Rouvrant les yeux, je vois des larmes couler le long de ses joues et l'entend dans un reniflement me dire avec une tristesse plus qu'évidente:

-Je...je...snirfl... je n'ais pas... de nom... pas de vrai nom...


Ainsi elle n'avait pas de nom, enfin pas de vrais nom. Je la regarde doucement se recroqueviller sur elle même, passant ses bras autour de ses jambes, posant sa tête sur ses genoux alors que ses oreilles tombe sur les côtés. Triste pour elle, je cherche un truc pour tenter de lui remonter le moral avant de voir au loin le corps du merle que j'ai tué par mégarde. Sentant mon cœur se retourner de regret, je commence à contourner la brume, pour aller prendre le corps de l'oiseau sans vie et puis m'approche de l'arbre le plus proche avant d'y déposer le corps. Fouillant ensuite à terre, je trouve par-ci, par-là de jeune brindille ou feuilles mortes et doucement, les utilise pour former un petit nid à l'oiseau décédé avant de dire, avec une voie puant le regret:

-Sache que ce merle, tu ne l'as pas tué, puisque c'est moi qui l'aie envoyé vers toi. Je m'excuse envers vous deux pour ce geste plus que stupide

Je me tourne doucement vers elle et surpris, je la voit haleter, proche de la démence et comprend qu'elle se bat contre elle-même, ou un autre. Soudain, me surprenant et hurlant avec force, elle dit autant contre moi que contre elle:

-laisse moi... je sais je sais je sais... mais pourquoi moi... je n'ai rien fait, pourquoi... taisez vous je vous hais. Je ne voulais pas...


Surpris, je reste un moment bouche bée avant de me reprendre, craignant une arrivée massif du brouillard, en vain. Me détendant, je m'approche de nouveau et m'asseyant, je lui sourit en disant:

-Tu m'as dit que tu n'avais pas de vrais nom, donc quelqu'un t'a donné un surnom, n'est ce pas? Je vit ses lévres mais avant qu'elle ne parle, je continue: Alors moi aussi je vais me permette de te donner un surnom aussi. Mon nom, à moi c'est Demlah, ce qui signifie en langue ancienne des elfes "l'appel de l'animal", signifiant que je dois aider tout animal souffrant. Te donner un surnom sera déjà t'aider, car ainsi je saurais te nommer. Ce surnom , ce sera:" Virochi". Ce mot signifie "animal triste isolé", car tu t'isoles, autant pour toi que pour les autre . C'est un geste honorable, mais qui présente moult sacrifice .
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Si près d'une ville?! Quelle folie... [PV Demlah] Mer 29 Oct 2014 - 14:06
Diaphane était encore en proie à ses conflits internes, les voix revenant la tourmenter, elle se remettait à leur parler, leu intimant de disparaître et de la laisser tranquille. Pour une fois quelqu'un ne voulait apparemment ni la tuer, ni la violenter, ni abuser d'elle, ni un tas d'autres choses désagréables... il semblait juste vouloir lui parler, c'était si rare... Et voila que ces fichues voix venait tout détruire!

La légère brume autour d'elle se mit à tourbillonner un peu plus vite mais en restant proche de son corps, de toute façon vu ce qu'il en restait l'elfe aurait juste ressentit de la fatigue si elle l'avait touché, il ne serait pas tombé quasiment mort sur le sol. C'est le moment que choisit l'elfe pour se rapprocher sans qu'elle lui prête trop d'attention, s'asseyant non loin de là. Il lui sourit avant de commencer à parler.

-Tu m'as dit que tu n'avais pas de vrais nom, donc quelqu'un t'a donné un surnom, n'est ce pas?

Elle hésita à lui répondre, entrouvrant les mâchoires mais il ne lui laissa pas le temps de se décider, continuant de lui parler.

Alors moi aussi je vais me permette de te donner un surnom aussi. Mon nom, à moi c'est Demlah, ce qui signifie en langue ancienne des elfes "l'appel de l'animal", signifiant que je dois aider tout animal souffrant. Te donner un surnom sera déjà t'aider, car ainsi je saurais te nommer. Ce surnom , ce sera:" Virochi". Ce mot signifie "animal triste isolé", car tu t'isoles, autant pour toi que pour les autre . C'est un geste honorable, mais qui présente moult sacrifice .

Diaphane était partagée entre colère et joie, d'un côté quelqu'un venait de lui proposer un nom, mais d'un autre côté il la traitait aussi d'animal, est-ce qu'elle lui avait dit qu'elle allait l’appeler 'nabot à grandes oreilles' elle?! Elle sentait des sentiments contraires s'agiter en elle, finalement elle répondit d'un ton aigre.

"Oui... quelqu'un... me surnomme, pour me faire mal, il me donne le nom... de ma première victime... je ne l'aime pas... mais au moins il ne me traite pas d'animal. Je n'ai pas choisit d'être comme ça!" Elle fit un geste montrant l'ensemble de son corps.

Elle tenta de se calmer, sentant que la colère prenait le dessus, attisée par le démon en elle, il lui chuchota quelques horreurs qu'elle essaya de ne pas écouter, mais c'était dans sa tête, on ne peux pas échapper à ce qui se passe dans son propre esprit.

"rhaa mais taisez-vous!" Elle se prit la tête dans les mains, se griffant le crâne alors que les voix se faisaient de plus en plus insistantes.

Se reprenant un peu elle regarda à nouveau l'elfe, quelques zones sombres bougeant dans ses grandes iris délavées.

"C'est gentil mais... même en fuyant loin des autres... je tue toujours... tout... partout... rien ne reste longtemps vigoureux à mon contact..." dit-elle en haletant. "Maintenant reculez... vite... reculez!"
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Si près d'une ville?! Quelle folie... [PV Demlah] Sam 1 Nov 2014 - 15:16
Voulant lui donner confiance en moi, je me présentait tout en lui expliquant la raison de mon nom avant de lui donner un surnom qui est Virochi. Pour moi, c'était un surnom qui lui allait bien, entre autre car c'était une furry qui s'isolait pour protéger autrui.

Je l'observe silencieusement alors qu'elle à l'air pensif. 2trangement, je sens comme une crainte à l'idée qu'elle aie mal pris le surnom trouvé. Mais au bout d'un moment, elle reparle à nouveau, mais cette fois, son ton s'est durcis. Nettement plus violent, je sens qu'elle m'en veux:

-Oui... quelqu'un... me surnomme, pour me faire mal, il me donne le nom... de ma première victime... je ne l'aime pas... mais au moins il ne me traite pas d'animal. Je n'ai pas choisit d'être comme ça!"

Je baisse la tête, réfléchissant à ses paroles et comprenant pourquoi les 2 surnoms qu'elle a lui font si mal. Dans celui que je lui ai donné, je la traite presque d'animal. C'est insultant pour une furry, même si pour moi, j'ai dis rien de bien méchant si on considère un furry plus comme un brave animal qu'un vulgaire homme. Alors qu'avec l'autre surnom, elle est poussé à souffrir de son passé où, dit-elle, elle aurait tué quelqu'un. Relevant un peu la tête, je la voit les poils hérissé. L'air vibrant d'une onde étrange, je recule à mon carquois par sécurité avant de la voir ,comme envers une voie qu'elle seule entend, hurler en s'agrippant les cheveux:

-rhaa mais taisez-vous!


Puis d'un coup, presque magiquement, elle retrouve son calme et me regarde. Regardant ses pupilles, je remarque de léger mouvements alors qu'elle me dis calmement, mais en coupant ses mots sous l'effort pour rester calme :

-C'est gentil mais... même en fuyant loin des autres... je tue toujours... tout... partout... rien ne reste longtemps vigoureux à mon contact..." dit-elle en haletant. "Maintenant reculez... vite... reculez!

Arrêtant de réfléchir, je fonce vers l'arbre le plus proche, cherchant à atteindre une hauteur protectrice d'où, avec rapidité, je me déplace de feuillage en feuillage, jetant également des branches ailleur pour attirer son regard ailleurs. Après 5-6 sauts, je m'arrête enfin et bande mon arc,  restant à observer ce qu'il se passe, alors qu'elle me cherche du regard.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Si près d'une ville?! Quelle folie... [PV Demlah] Sam 1 Nov 2014 - 16:32
Diaphane avait du mal à se contenir, non en fait pas à se contenir, mais à le contenir, le démon en elle, il frappait de plus en plus fort contre les portes de son esprit qu'elle gardait closes, elle tenta bien de résister encore, vérifiant que l'elfe était assez loin mais elle ne le trouva pas. Elle se concentra, cherchant un moyen de se calmer alors qu'elle sentait qu'elle perdait pieds, puis soudain sa conscience se retrouva engourdie, elle ne sombra pas totalement mais devint spectatrice de ce qui se passait. Ne contrôlant plus son corps ni sa magie elle dut se résoudre à attendre qu'une faille apparaisse pour reprendre les manettes.

Une épaisse fumée noire se forma autour d'elle, enveloppant son corps comme un brouillard protecteur, les plantes alentours qui entrèrent en contact avec se fanèrent presque instantanément, les yeux de Diaphane prirent une teinte noire, des ombres se mouvant dedans, pareilles aux remous qui agitent l'encre. Sur son corps on pouvait voir des zones d'ombre s'étaler rapidement, glissant aléatoirement d'une partie à une autre. Son corps bougea, se relevant lentement, elle entendit la chose qui était maintenant maîtresse de ses faits et gestes gronder sourdement de plaisir. Sa vision se brouilla, passant au mode de vision du démon, le monde s'assombrit et commença à se redécouper autrement, différenciant maintenant les sources de vies des choses inertes. Coincée au fond de son propre corps Diaphane ne put que trembler en devinant que l'autre cherchait où se trouvait le gentil elfe avec qui elle avait été bien méchante au final. Elle regretta vraiment de ne pas avoir été plus sympathique à ce moment là, les mots qu'elle lui avait dit seraient peut être les derniers qu'il entendrait...
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Si près d'une ville?! Quelle folie... [PV Demlah] Sam 1 Nov 2014 - 22:04
Suite à un signal crier par Diaphane et ayant sentit l'air vibrer d'un danger, j'étais, en vitesse, aller me réfugié dans un arbre, après avoir récupérer mon carquois. Sautant d'arbre en arbre, j'ai cherché à brouiller les pistes en jetant des bâtons quand je le pouvait avant de me stopper et de retourner Diaphane qui me cherchais des yeux. Sortant une flèche, je la bandait autant par sureté, que pour me rassurer.

Doucement, elle tombe à genoux alors que, de mon perchoirs, je ne peux qu'assister en silence à sa lutte mentale pour la voir à la fin perdre. Dés cette instant, je vois une épaisse fumée noire apparaitre, la m^me fumée noire qui l'entourait il y a une demi-heure qui tuait tout ce qu'elle touchait. Se rependant vite, je la voit grossir, créant un périmètre de mort plus important qu'avant. Malgré la fumée, j'arrive à apercevoir  Diaphane, changeant elle aussi. Le long de son corps, se crée de longues bandes noirs alors que ses iris, normalement délavé deviennent eux aussi noir. Je grimace, ne voulant m'attaquer à Diaphane malgré le danger pour moi. Dans ma main, je sent la flèche trembler. Je rit doucement, n'étant jamais arriver, jamais une flèche n'avait trembler. Pourtant ici j'avais peur. Non pas de Diaphane, encore moins du démon. J'avais peu de la blesser. Soudain, je vois la jeune furry se relever. Tournant la tête, je comprends que le démon me cherche et sourit de voir que, comme Diaphane, il ne sait pas où je suis.

Me sachant en sureté, je me calme et cherche des yeux quelque chose pour me sauver avant de voir une ruche abandonner. Ainsi aider de la nature, je devrait vaincre le démon sans être trop méchant. Je regarde de nouveau ma nouvelle amie et malheureusement, croise son regard de possédé. D'un geste, je saute vite me réfugié passant d'un arbre à un autre arbre où, attrapant 5 branches, je les jettes en l'air avant de sauter dans un beau buisson vert, simultanément des 5 branches. Enfin correctement camouflé, je reste tapis à l'observer, cherchant à faire tomber cette ruche .
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Si près d'une ville?! Quelle folie... [PV Demlah] Dim 2 Nov 2014 - 14:54
La tempête faisait rage dans la tête de la pauvre petite furry, cette dernière ne pouvant rien faire d'autre que paniquer en comprenant que l'elfe allait devenir une proie. Son corps se redresse lentement, le corps que le démon contrôle n'étant pas son corps originel il a toujours un peu de mal au début, chose qu'il compense en général par une violence inouïe. Pour le moment il tourne la tête, la fumée noire gagnant rapidement du terrain en continuant de se développer. La végétation aux alentours sèche peu à peu, se vidant de toute vitalité, une zone de désolation s'élargie de plus en plus, prenant pour centre le corps de Diaphane.

Le démon n'a toujours pas repéré l'elfe qui a heureusement écouté la petite furry et était partit se cacher ailleurs, cela pourrait peut être lui sauver la vie, en effet une forêt n'est constituée que d'être vivant, et ce sont les sources de vie qui colorent la vision du démon. Il mettrait du temps à découvrir la cachette de Demlah dans ce fouillait, du moins l'espérait-elle...

Espoir vain car, à peine se rassurait-elle avec, le regard de la chose et celui du petit elfe se croisèrent, elle sentit les pupilles invisibles de ses yeux s'étrécirent et le démon ronronner sourdement en elle. L'elfe sauta hors de son abris pour fuir d'arbre en arbre, jetant des branches dans diverses direction à chaque fois, c'était bien il n'était pas bête, cela brouillait les pistes mais ne ferait que plus énerver le démon en elle. Ne sachant plus trop où donner de la tête et rageant car il avait perdu sa proie, ce dernier gronda de façon parfaitement audible cette fois. Il s'avança d'un pas rapide et coléreux dans la direction où l'elfe avait disparu, la brume noire tourbillonnant autour du corps de Diaphane, une traînée de décrépitude se dessina dans son sillage, comme si une calamité quelconque avait foulé la terre à cet endroit.

En elle Diaphane se tourmentait en cherchant un moyen de reprendre le contrôle, elle avait déjà réussit plusieurs fois à stopper une crise mais ce n'était que des hasards... Le temps dont elle disposait ne lui permettait pas d'avoir recours à la chance pour cette fois, soit elle trouvait un levier soit une grande partie de l'aire forestière où elle s'abritait serait comme morte d'ici peu, et l'elfe avec... Mais pour l'instant elle s'agitait inutilement, comme à chaque fois la panique l'empêchait de réfléchir et elle restait coincée, spectatrice des horreurs qu'elle commettait sous l'emprise de cet être si sombre et si mauvais.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Si près d'une ville?! Quelle folie... [PV Demlah] Sam 15 Nov 2014 - 15:07
Alors que Diaphane m'avait repéré, j'avais sentit que j'allais me faire pourchasser. Réagissant directement, j'avais pris les devants en fuyant d'arbre en arbre, tout en brouillant les pistes, jetant de vieux bâtons séchés avant de me réfugié dans un buisson plein de vie. Me retournant, je vis la créature, grondant de rage me chercher, loin de la ruche abandonner, là où je m'était trouvé avant.

Incapable de faire quoi que ce soit, je réfléchis, alors que cet épais brouillard noir tue à petit feu la nature. Toujours caché, je n'ose pas sortir de ma cachette de peur de me faire voir avant de trouver une idée. Certe risqué mais plus prudente que de rester où je suis. Je regarde la créature et, alors qu'elle tourne la tête, je sors de ma cachette, fonçant dans un autre buisson pour m'y cacher. Regardant ma jeune amie possédée, je soupire soulager, voyant qu'elle ne m'a pas vu puis grimace, me rappelant que le reste du parcours est un terrain de plante morte, ne m'offrant aucun abris. Fermant les yeux, je fais un léger décompte puis recourt à nouveau, fonçant au centre du cercle de végétation déséchée avant de me retourner et voir le dos de Diaphane, entourée de son brouillard. Je ris doucement la voyant me chercher de l'autre côté. Sortant deux flèche de mon carquois, j'en bande une à mon arc, bien décider à attirer la créature vers moi. visant,je tire ma flèche et sourit quand elle rafle la joue de Diaphane, une perle de sang coulant de la coupure. Fou de rage, je vois son corps se tourner vers moi, alors que le brouillard se répand en masse et grimace devant les conséquence que j'avais mal imaginer. Je bande rapidement ma seconde flèche puis la tire au dessus de ma tête pour affaiblir la ruche alors que la furry se dirige rapidement vers ma position. Dans un réflexe de survie, je saute pile au moment où le brouillard arrive à 1 centimètres de ma peau, lâchant de ce geste mon arc qui tombe en rebondissant à terre. Reculant le plus loin possible par un second saut, j'en profite pour frapper de la main et avec toutes mes forces, l'arbre où se trouve la ruche qui, achevée par la secousse de l'arbre, commence une chute, qui me parait lente, semblant prendre des siècles .

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Si près d'une ville?! Quelle folie... [PV Demlah] Ven 9 Jan 2015 - 9:12
Le démon qui avait prit le contrôle de Diaphane ne comprenait pas bien ce que faisait cet elfe, il était visiblement assez effrayé mais en général les gens suppliaient ou pleurer. Lui semblait tenter le tout pour le tout afin de sauver sa vie mais ne l'avait pourtant même agressé, ou du moins il n'avait rien tenté contre le corps physique qui le contenait à part une petite flèche mal ajustée. Tentative bien peu convaincante soit dit en passant. Alors que la brume noire gagnait du terrain et se rapprochait dangereusement de sa victime un son fit tiquer l'oreille de son hôte. Il se retourna et ne vit rien, mais absolument plus rien, se prenant la ruche en pleine tête les yeux physiques de la furry devinrent inutiles et il ne plus put se fier qu'à sa vision démoniaque. Le problème étant qu'elle était brouillée par la multitude d'être vivants présents dans et autour d'une ruche. cet ennuis fut malgré tout de courte durée, sa magie noire pompant à une vitesse folle l'énergie de si petits êtres toutes les abeilles furent terrassées en moins de deux secondes, pas mortes mais presque.

Il usa ensuite de la magie de télékinésie de Diaphane pour retirer l'objet de sa tête, lorsque ce fut fait son hôte du prendre une grande bouffée d'air, sans quoi elle se serait affaiblit et aurait surement sombré dans l'inconscience, l'emportant avec elle cette fois. Il fit tourner la petite créature su elle même, grondant fortement, à la recherche du fou aux oreilles pointues qui avait osé lui infliger un tel traitement, à lui le puissant démon, il allait le faire souffrir celui ci.

Mais alors qu'il venait de le trouver il y eut un problème, il avait déjà possédé Diaphane il y a peu et s'était donc retrouvé réduit à la tourmenter sans agir concrètement. La peut de la furry envers un inconnu lui avait permit de prendre le contrôle sans avoir trop à forcer mais ce n'est pas pour autant qu'il pouvait dépenser sa puissance comme après un long repos, et le pouvoir vint à manquer. Il rugit, faisant trembler l'air de la forêt, mais ne put rien lorsque ses réserves diminuant peut à peu l'obligèrent à laisser la place à la propriétaire du corps.

Les yeux de Diaphane reprirent lentement leur couleur initiale et sa fourrure s'éclaircit, laissant réapparaître ses teintes originelles. Elle se mit à trembler, regardant autour d'elle affolée, bien qu'elle ait assistée impuissante à ce qui venait de se passer le retour à la réalité était toujours difficile et le traumatisme bien présent l'empêchait de penser normalement. Du miel engluant tous ses poils lui coula d'une oreille sur la truffe, elle réalisa soudain ce qui avait été fait à son pelage, bien que se lavant rarement et étant déjà peu récurée à la base s'en était trop. Elle s'effondra à genoux au sol et se mit à pleurer en criant, comme le ferait une enfant. Elle allait à nouveau se retrouver seule et en plus on l'avait salit.

navré navré:
 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Si près d'une ville?! Quelle folie... [PV Demlah]
Revenir en haut Aller en bas

Si près d'une ville?! Quelle folie... [PV Demlah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Ylo: grain de folie, un peu , beaucoup... passionément...bien casse cou
» Flashback sur la ville de Jérémie
» Quelle est la base du développement ?
» Le plan du Centre-ville de PAP devrait être confié à des Haitiens
» Haiti : Cazal une ville , une histoire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les terres d'Aëndryl :: Règlement et Administration :: Archives 2014-2017 :: RP Forum-