Avis aux visiteurs !
Ce forum est classé +18 ans, il peut contenir des textes et scènes RP violentes et érotiques.
Nous conseillons aux plus sensibles de passer leur chemin.

Partagez|

Une balade en forêt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Une balade en forêt Mer 28 Jan 2015 - 1:18
Trop peu de mots peuvent décrire avec exactitude la splendeur de la forêt d’Aldacoa. Elle inspirait l’abondance, la plénitude, la sérénité et l’élévation de l’âme. Du moins pour Naélie. L’elfe gravissait les chemins calmes de la forêt d’un pas léger, cueillant au passage quelques orties qu’elle déposa dans un panier d’osier. Il s’agissait de la meilleure cueillette du mois, elle le sentait. Inspirant profondément l’air frais du matin, Naélie observa un moment l’écorce de l’arbre dont le creux noueux semblait lui parler. Elle ne savait jamais exactement comment détecter ces impressions, ce sentiment de comprendre la forêt. Toutefois, à chaque fois qu’elle écoutait attentivement, elle découvrait de merveilleux secrets. Pensive, elle avança la main et fouilla le trou de l’arbre sans trop savoir à quoi s’attendre. Elle eut la surprise d’en ressortir une petite bague qui semblait porter un diamant. Elle l’examina attentivement, pensive.

-«Eh bien ! De quoi à revendre au marché demain soir! »

S’exclama-t-elle ravie, espérant en retirer un bon prix. Dieu seul sait que les oiseaux et les écureuils adorent s’emparer de ce qui brillent et traînent un peu partout. Il s’agissait là d’un trésor qu’elle s’estima heureuse d’avoir pu trouver. Songeuse, elle se tourna finalement, continuant sa route, cueillant quelques baies et plantes ici et là. Le Soleil venait à peine de se lever, la forêt semblait en plein éveil. La rosée du matin commençait à tranquillement s’étendre sur le feuillage, coulant au sol, l’abreuvant. C’était ces instants là qu’elle affectionnait le plus. Un mélange de silence et de douceur. Il représentait le seul moment de la journée où animaux, plantes et tous autres êtres vivants semblaient dormir. Elle dégagea une mèche de cheveux vers l’arrière de sa tête, inspira profondément une goulée d’air frais. Elle se sentait si fébrile tout à coup, c’était comme si un frisson traversait ses os, faisant vibrer tout son être. Elle tendit l’oreille, cherchant un bruit, un mouvement ou une vibration qui pourraient expliquer cette sensation. Elle se contenta de poursuivre sa route, plus incertaine, sentant que quelque chose approchait.

Soudain, un loup sauta devant elle, montrant ses crocs. Naélie sursauta et échappa son panier au sol. Il y eut un silence pesant, englobant entièrement la forêt. L’elfe ne voyait que très rarement des loups en cette forêt. Il ne semblait pas agressif, seulement hésitant. Ils se scrutèrent un moment, Naélie prenant bien soin de le regarder droit dans les yeux. Il se passa à peine quelques secondes et l’animal tourna les talons, prenant un autre tournant. La jeune femme laissa échapper un long soupir empreint de nostalgie. Qui aurait cru qu’elle aurait pu s’ennuyer d’une forêt aussi sombre que Tenebrisse ? Hélas, malgré l’obscurité de ses origines, on ne les renie jamais. Elle contempla alors le panier renversé au sol et leva les yeux au ciel. Non pas d’exaspération, mais plutôt à la recherche d’énergie pour continuer sa journée en toute quiétude.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une balade en forêt Jeu 29 Jan 2015 - 13:15
Je n'avais pas fermé l'oeil de la nuit, alors j'étais parti me promener dans ses bois que je connaissais par coeur puisque j'y vivais. Mais justement. Ma vie n'était qu'un long chemin en boucle. Rien ne changeait et rien de nouveau arrivait. C'était un calme plat. Rien, dans ma vie, pouvait me retenir de partir. Mais ce n'était pas mon intention. Je marchai donc, sans réellement regarder où j'allais, pourtant je le savais très bien. Je soupirai. J'en avais assez de ses bois. La connaitre par coeur, c'était bien pour les embuscades mais pour réfléchir et pour ne plus penser à rien, ce n'était pas le mieux. Loin de là. Je m'arrêtai à l'orée du bois et regardais se que je voyais. Les Plaines Étincelantes étaient éteints. A l'habituel, ces champs étaient éclairés de la lumière du soleil et donc le blé apparaît d'une couleur d'or. Je continuai ma route dans ces champs jusqu'à arrivé à Lumérill. C'était éteint. Personne à l'horizon. C'était un désert au sein d'une ville. J'étais le seul idiot à me balader la nuit. Je rebroussai chemin. Je n'avais rien a y faire. Rien du tout.

C'était alors que l'on pouvait commencer à voir le ciel devenir orangé. Le matin arrivait à petit pas. Je me dirigeai alors vers la Forêt d'Aldacoa. La plus belle forêt à mes yeux. Elle aspirait la paix et la sérénité. Je m'y sentais bien. On pouvait entendre les gazouillis d'oiseaux et voir la rosée du matin faire son travail. Elle se glissait sur les feuilles et les fleurs. Elle ressemblait à des petites perles d'eau  . Elle se posa, aussi, sur les toiles d'araignée. C'était vraiment un travail qui n'était visiblement pas de tout repos mais moi, ça me détendait de voir cela. C'était la nature qui faisait toute la beauté du monde. C'était inimaginable. Les espèces ne vivent que parce que la nature l'a décidé. Elle pourrait très bien nous rayer car elle pense que nous ne valons pas de vivre. Je suis ce que je suis juste parce qu'elle l'a décidé. C'était comme ça. On ne choisit pas son destin, c'est le destin qui nous choisit.

Je marchai, le pas léger, lorsque j'entendis des pas. Je me stoppai, mes oreilles étaient en alerte. Je ne bougeais pas. J'écoutais. C'est alors que je vis ce loup partir, presque, avec la queue entre les pattes. Le seul animal qui pouvait faire reculer un loup solitaire était l'ours. Mes oreilles, immédiatement, se rabattirent vers l'arrière. Un neko face à un ours, je n'avais aucune chance. Je m'approchais à pas de chat et regardais à travers les branchages. Ce n'était pas un ours qui avait fait fuir ce loup: c'était une elfe. Mes oreilles se redressèrent à cette nouvelle plutôt rassurante. Je la dévisagea alors. Je pouvais voir sa longue chevelure brune. Je pouvais juste voir ses yeux brillés d'un éclat étrange. Je pouvais aussi observé qu'elle avait les trait fins et très délicats. Elle a une peau excessivement blanche tout comme ses lèvres. Je pouvais voir de nombreux tatouages qui représentaient de nombreuses choses. Je pouvais voir aussi de nombreux bijoux. Je remarquais toujours ses détails étant donné que je suis un voleur et les voleurs aiment les bijoux et autre objet de la sorte. Elle était habillé d'une tunique et d'un simple pantalon en toile. Des bottes en cuir et une ceinture sur laquelle était accroché dague, sac de voyage, surement, et surtout une bourse. Cela me tentait de la voler mais je n'en avais pas le courage. Je n'étais, pour une fois, pas la pour ça.

C'est alors que je la vis regarder à terre. Je suivis le regard. Un panier d'osier était à terre avec différentes plantes tombées au sol. Surement à cause du loup. Je m'approchai, toujours à pas de chat, jusqu'à sortir de ma cachette. "Et si je faisais une bonne action, pour une fois " pensais-je. Je m'approchais toujours aussi doucement, m'accroupit et, avec les oreilles en alerte, au cas où elle ferait un geste, je ramassai ses herbes et les remis dans le panier. Je me relevai et lui tendis.

" Voilà. Tout est là. "
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une balade en forêt Ven 30 Jan 2015 - 4:41
Naélie était toujours en train de scruter pensivement le ciel lorsqu’un étrange être sortie d’un buisson à pas prudents. Elle avait déjà sentie sa présence, ou de moins, quelque chose qui y ressemblait : un amalgame de désir et de craintes mélangés. Le désir de lui prendre ce qu’elle possédait, et une crainte que l’elfe avait du mal à bien cerner. Elle tourna finalement sa tête vers lui, l’observant s’approcher d’elle prudemment et en douceur. Il se pencha pour ramasser le contenu de son panier qu’il lui tendit par la suite. Elle sentie sa prudence, mais également son appréhension jusqu’au plus profond d’elle-même, comme une corde qu’on vibrait d’une manière particulière qui lui était si familière. Cette crainte de l’étranger et de ce qu’il pourrait faire. Cette peur des autres et de leur imprévisibilité. Elle mélangea ainsi ses émotions à celles du Neko, incapable de départager avec exactitude ce qui lui appartenait de ce qui appartenait à l’hybride.

Un frisson la parcourue, la figeant un moment sur place. Elle se sentait tellement tendue, nerveuse, incertaine. Elle ne comprenait pas ce geste polie et imprévisible de la part d’un être qui dégageait tant d’alerte. D’où lui venait cette idée de poser une telle action?
Un vent souffla, annonçant que le matin était commencé. Quelques oiseaux avaient déjà commencé à chanter, réveillant la forêt d’une mélodie rassurante et apaisante. L’elfe prit un long moment d’hésitation, craignant d’émettre le moindre mouvement qui aurait pu amener l’apocalypse dans une situation pourtant si anodine. Elle déglutit difficilement, tentant de reprendre un peu la maîtrise d’elle-même.


« Reprends un peu de contenance » Songea-t-elle en son plus fort intérieur. Naélie fixa attentivement le Neko, cherchant à comprendre ce drôle d’être, d'une race qu’elle n’avait pas vu souvent au cours de ses voyages. Il semblait bien particulier, voire même intriguant. Elle se décida enfin à tendre la main pour prendre son panier, observant son contenue totalement éparpillé. Elle esquiva un simple sourire, pensive.

-Merci…

Dit-elle avec une certaine hésitation dans sa voix.

-Il y a eu un loup… et… j’ai été si surprise…

Expliqua-t-elle, sans trop savoir pour quelles raisons. Il devait tellement s’en contreficher. Elle tenta désespérément de ne pas entrer dans ses émotions, son senti. Elle voulait éviter à tout prix de s’imprégner de l’âme de cet étranger, de ce qu’il était ou même ressentait. Il s’agissait d’une chose si épuisante. Sa concentration voulait se diriger ailleurs.

-Drôle de matin pour se promener en forêt, non ?

Demanda-t-elle maladroitement, ne sachant pas trop où se dirigerait cette rencontre inattendue. Après tout, elle se promenait souvent à ces heures pour ne croiser personne, il était tout de même incongrue de croiser un tel individu à une heure où le coq se gêne encore pour chanter !
Son regard se contenta donc de le dévisager sans aucune pudeur, incapable de ne pas le scruter attentivement pour appréhender le moindre de ses gestes. Tout son corps tendu semblait prêt à déguerpir ou à briser malencontreusement son panier d’osiers à force de le serrer aussi fort entre ses doigts.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une balade en forêt Sam 31 Jan 2015 - 18:17
Elle était totalement tendue. Elle ne réagissait pas réellement. Mes oreilles étaient de plus en plus en alerte. Elle avait une nervosité que je ressentais dans tout mon être. Cela me mit mal à l'aise. Je ne voulais pas qu'elle réagisse comme ceci. Je ne lui ferais aucun mal, sauf, bien sûr, si elle essaye de m'attaquer. Elle tomberai sur un os ! C'est alors que je sentis le vent se réveiller. Je ne bronchais pas malgré que mes cheveux s'envolaient en tout sens. La forêt était, petit à petit, en train de s'éveiller. Les oiseaux chantaient et de petits animaux commençaient à sortir de leur cachette. Malgré tout, mon regard resta plongé dans ses iris argentés, c'était de l'argent pur. Elle hésitait à reprendre son du. Je l'entendis alors déglutir. De quoi avait-elle peur ? De moi ? Je ne savais pas ce qu'elle pensait. Je n'avais pas de don pour pouvoir lire dans les pensée, malheureusement. J'aimerais, parfois, savoir ce qu'on pense de moi.

Elle me fixait. Encore et encore. C'est alors qu'elle tendit la main pour reprendre son petit panier. Elle observa alors ce qu'il y avait à l'intérieur... ? Quoi ? C'était ce qu'il y avait dedans, non ? Je m'étais trompé ou quoi ? Elle me fit un léger sourire. Elle avait l'air pensive mais elle me remercia tout de même. Un petit sourire en coin s'afficha sur mon visage. Alors là, elle m'expliqua que c'était un loup, surement celui que j'ai vu partir, qui l'avait surprise et donc elle avait fait tomber ses affaires. Elle avait l'air vraiment ... ailleurs. Comme si elle voulait s'interdire de faire quelque chose mais qu'elle n'arrivait pas à ne pas le faire. C'est alors qu'elle me posa une drôle de question. Oui, c'était plutôt bizarre de se promener en forêt à une heure pareille mais pour moi, c'était normal. Mais est-ce qu'on pouvait dire que c'était un drôle de matin. Je ne sais pas...

" Un drôle de matin ... Je ne saurais pas te le dire. " Je m'arrêtai alors puis repris. " Que fait une perle au beau milieu de cette forêt à cette heure, si ... matinale ..? "

Je ne savais pas quoi dire et c'est cette idiotie qui est arrivé dans ma bouche. L'idiot que j'étais ne faisait rien pour arranger son cas. Un abruti né. Je reculai légèrement pour avoir une distance de sécurité entre cette Elfe et moi, au cas où elle tenterait de me tuer ou je ne sais quoi d'autre. Mes oreilles restaient à l'affût du moindre mouvement. Ma queue se balançait de gauche à droite et de droite à gauche. Cette Elfe commençait réellement à m'intriguer. Elle était tellement nerveuse que cela me rendait nerveux à mon tour, ce qui fait que ma queue se balance de plus en plus vite jusqu'à, pratiquement, fouetter l'air. Je n'étais pas en colère. Non. Juste nerveux.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une balade en forêt Sam 31 Jan 2015 - 20:50
Inexorablement, son angoisse continuait de grimper en flèche. Son cœur qui se débattait à en perdre la cadence  commençait à lui rendre la tâche difficile. Ses mains devenaient de plus en plus moites et son teint de plus en plus pâle. Sa drôle de question imprégnée du qualificatif « perle » la laissa perplexe. Il semblait dévier son interrogation pour poser lui retourner la pareille. Une vague d’émotions contradictoires l’envahirent rapidement, lui coupant presque le souffle. Elle appuya sa main sur l’écorce de l’arbre à sa droite et tenta de comprendre ce qu’il se passait. Naélie se décida finalement à lever son regard vers l’étrange hybride et le vit reculer. Cela l’a surpris énormément puisqu’elle se pensait seule à être aussi nerveuse. Elle ferma donc les yeux, tentant de faire le vide dans sa tête. Elle comprit alors que son débordement d’émotions venait de lui. Sa propre nervosité avait envenimé la sienne et ainsi de suite, le tout se multipliant sinueusement. Elle se mit à concentrer sa respiration et à tenter de se calmer graduellement. Progressivement, elle rejeta le senti qui appartenait au personnage en face d’elle et reprit un peu plus le contrôle de la situation. Elle se redressa droitement et poussa finalement un long soupir de soulagement.

« Calmes-toi, calmes-toi, tout va bien. Il est aussi apeuré que toi ! »

Réussit-elle à se convaincre en fixant davantage encore Konnoe. Elle se pinça la lèvre inférieure, songeuse de la suite à venir.

-Je faisais mes provisions de l’après pleine lune. Le meilleur moment pour cueillir l’ortie et la valériane.

Murmura-t-elle d’une voix faible, se dégelant progressivement de sa torpeur. Elle observa sa position plus éloignée, songeuse de ce qu’elle devait faire. N’écoutant que son courage, elle avança de quelques pas, se demandant à mesure qu’elle bougeait pour quelles raisons mystérieuses elle n’avait pas encore fuie en courant.

-Avez-vous peur de moi ? Je vous rends nerveux ?

Demanda-t-elle finalement, d’une voix plus forte, nuancée avec une note plus mystérieuse. Sa question lui semblait stupide, ne comprenant tout simplement pas comment elle pouvait rendre quelqu’un nerveux. Le vent balayait les cheveux de son visage, ébouriffant ses joues au passage. Puis, sans avertissement, un geai bleu se posa sur son épaule. Son âme ressentit rapidement un apaisement immédiat, irradiant la totalité de son corps. Un vague sourire effleura ses lèvres, alors qu’elle effleura les plumes de l’animal perché.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une balade en forêt Dim 1 Fév 2015 - 15:01
Je la vis perdre ses moyens. J'aurais juré qu'elle allait s'effondrer. Elle se tenait à l'arbre qu'il y avait juste à côté d'elle. Ma nervosité continuait d'accroître tandis que l'Elfe devenait de plus en plus pâle. Je ne savais pas si je devais détaler comme un lapin ou si je devais aller soutenir cette âme qui allait surement tomber. Elle me faisait peur, mais pas dans le sens une peur bleue, mais peur dans le sens que je m'inquiétais pour elle. Je la vis fermer les yeux. Je n'osai pas bouger mais j'étais près à la rattraper à n'importe quel moment.

Je m'apprêtais à venir la soutenir quand je la vis se remettre droite. Comme si de rien n'était. Elle avait l'air d'aller un peu mieux. Elle reprit, par ailleurs, des couleurs à vue d’œil. Elle expira si fort que je ne douterais pas qu'on l'est entendu dans le village des Elfs. Non, ce soupire était en fait peu audible. C'était un petit soupire de soulagement, enfin, je crois. Elle me fixait et je la fixais. Cela aurait pu durer une éternité mais on se fixait encore et encore. Elle se mordit la lèvre inférieur. Pourquoi ? Est-ce qu'elle s'apprêtait à faire quelque chose. Je me mis donc sur le qui vive mas en beaucoup plus méfiant que les instants d'avant. C'est alors qu'elle répondit à ma question. Elle était ici à cause de la pleine lune de la veille. Elle ramassait des orties et de la valériane. Je n'étais pas doué en ce qui concerne les plantes et fleurs. Je n'arrivais pas à reconnaître des pissenlits, des coquelicots ou même des marguerites... J'étais nul en fait.

Elle l'avait d'une voix assez basse. Avait-elle peur du comment j'allais agir ou réagir surtout. Je ne disais rien lorsque d'un coup, je vis ses jambes faire des pas en ma direction. Je ne savais comment réagir alors je ne réagissais pas. Je n'arrivais pas à bouger. Une peur s'était emparée de moi. Mes membres commençaient à trembler. Que faire ? A mesure qu'elle avançait, je ne savais plus réellement si je devais lui faire confiance. Et surtout, je ne savais plus si ramasser ses herbes avaient été une bonne idée... C'est alors qu'elle me demanda si j'avais peur d'elle.... Euh... Légèrement, maintenant... et si elle me rendait nerveux. Si elle me rend nerveux ? Non ! Pas du tout ! Mais je ne voulais rien paraître et surtout ne rien dire la dessus. Je ne répondis pas tout de suite à ses questions qu'elle avait posé beaucoup plus forte que lorsqu'elle m'avait répondu. Elle avait l'air d'aller, largement, mieux. C'est alors que je vis un oiseau bleu se rapprocher de la jeune Elfe. C'était un geai bleu, je crois. Je ne pus m'empêcher de vouloir le manger mais je m'en retiens. Il ne fallait pas que je fasse de geste brusque. Je ne savais pas comment elle réagirait. Je la regardais donc et c'est là que je vis un semblant de détente de la part de la demoiselle. Elle se mit à caresser l'oiseau en souriant légèrement.

Je regardai les yeux argent de l'Elfe puis l'oiseau. Elle était en parfaite harmonie avec la nature. Un oiseau vient sur elle alors qu'un chat était à deux pas d'elle. Elle a réussi à faire fuir un loup. Je me dis alors qu'elle ne pouvait pas être une tueuse ou autre chose dans cette idée-là. C'est donc à ce moment-ci que ma peur et ma nervosité s'en allèrent. Je restais tout de même sur mes gardes. On ne sait jamais. Je me décidai alors à lui répondre.

" Non, je n'ai pas peur et si tu veux tout savoir, je suis quelqu'un de nerveux lorsque je suis en présence d'un ou d'une inconnu. " Je me tue quelques instants puis, après quelques réflexions, repris. " Comment dois-je te nommer ? Moi c'est Konoe. Lamento Konoe. "

Je lui expliquai aussi que j'étais venu dans cette forêt pour trouver calme et sérénité. Calme et sérénité, c'était loupé. J'avais eu peur et ma nervosité avait fait surface. Je n'étais pas du tout relaxé comme je l'avais souhaité. J'aurais du rester aux Bois Verts. Au moins, là-bas, je n'aurais croisé personne. Quoi que... J'avais réussi à croiser cette Elfe, oui, encore une Elfe. Redleaf. J'avais pas de chance parfois. Surtout lorsque je voulais être seul pour réfléchir mais non. Je devais rencontrer des personnes. C'était, apparemment, mon destin. Je reculai encore un petit peu. L'Elfe s'était rapprocher un peu trop à mon goût. Je gardais donc mes distances. Cet oiseau me narguait de plus en plus. Il chantait doucement tandis que moi, je voulais le croquer. C'est alors que j'entendis d'autres battements d'ailes puis mon épaule s'alourdit. Je mis un petit temps avant de tourner la tête vers mon épaule. Un geai était venu sur MON épaule ! Il n'avait pas peur ! Je grognais un peu mais l'oiseau fit comme si il ne m'avait pas entendu. D'autres battements d'ailes se firent entendre. Je levais la tête et vis un nuage de geai bleu. Ils vinrent, par ailleurs, à nos pieds, à l'Elfe et moi, sur nos épaules et nos têtes. C'était tellement beau à voir que mon envie de les manger se tue. La nature était reine en cette forêt, je n'avais pas le droit de leur gâcher ce lever de soleil. Je regardais l'Elfe. Cela avait du la détendre à son maximum vu qu'un seul oiseau avait réussi, manifestement, à la détendre un tout petit peu. Il était vrai que le chant de ces oiseaux étaient bénéfiques pour être au calme et dans la sérénité.

C'est alors que je pris la décision de m'asseoir entre ces oiseaux. Après cela, je relevai la tête et regardais l'Elfe et lui sourit.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une balade en forêt Lun 2 Fév 2015 - 1:53
L’arrivé de tous ses geais bleus pris l’elfe de court. Elle scruta le ciel attentivement, cherchant une explication à cette apparition étrange et inexplicable d’oiseaux. Elle inspira l’air profondément, cherchant une odeur, une explication, un son… quelque chose qui lui aurait révélé l’intention première de la forêt. Cet endroit était si mystérieux, si curieux. Il est étrange de pouvoir affirmer avec certitude de connaître la forêt de Ténébrisse et pas celle d’Analcoa. Malgré la perfection de ses lieux et la sérénité qu’on pouvait y trouver, ne restait pas moins qu’Naélie entendait beaucoup moins ses soupirs, le bruissement de son âme ou encore la vie qui y était attachée. À vrai dire, elle ne ressentait pas cette forêt comme elle avait pu ressentir autrefois celle qui l’avait vu naître. Son empathie druidique qu’elle avait acquise au prix de grands efforts ne lui avaient pas permis d’en adopter une autre. Des images de sa vie d’autrefois luis revinrent, prirent possession de son esprit.

Elle se remémora alors des chemins sinueux, des arbres égocentriques, des animaux agressifs. Et tout cela, malgré tout, resteraient à jamais sa maison d’avant.
Ses pas la poussèrent à avancer, se fondre entre les multiples oiseaux qui voltigeaient ici et là. Elle voyait vaguement l’hybride s’asseoir au centre et l’observer. Elle ne cessait de se demander la raison fondamentale de toute cette scène. Ses yeux se voilèrent un instant, son âme prit une certaine mesure en pesanteur.


«Autrefois née en Ténébrisse,
Âme déchue des siens
Corps brisé d’un rien
Souvenirs nés de supplices »

Murmura-t-elle du bout des lèvres, les mots s’échappant de sa bouche comme une vague brûlante de détresse et d’abdication mélangées. Elle sembla finalement retourner sur terre, reprenant tranquillement conscience de la réalité. Ce vague souvenir entourant un épisode de sa vie maintenant bien éloigné la laissa surprise. Qu’auraient pensé Inastà et Egor de ce qu’elle était devenue, eux qui étaient si certain de sa déchéance future? Elle scruta de nouveau l’hybride, l’amertume se lisant sur chacun de ses traits. Elle ne voulait pas de cette forêt, pas de ces oiseaux et de cet accueil. Autant se sentait-elle bienvenue en son sein qu’elle désirait maintenant fuir ses lieux à toute allure. Cette tendance qu’elle avait de mettre de côté ceux qui tentaient de l’accueillir et de l’apprécier lui semblait innée. En son souvenir, seuls Inastà et Egor avaient été des exceptions. Un cruel souvenir lui rappelant un deuxième abandon. Elle chassa l’oiseau de son épaule, d’un regard vague et absent.
Les oiseaux prirent leur envol, tous en même temps. Ils disparurent au loin, alors que l’elfe les observait partir, indifférente.


-Drôle de forêt.

Marmonna-t-elle d’un ton détaché. Elle laissa son panier sur une roche et s’accrocha à un arbre qu’elle escalada avec aisance et rapidité. Son agilité à grimper les arbres avaient souvent suscité beaucoup de jalousie. Mais pour elle, grimper était aussi simple et facile que de marcher. Elle s’issa jusqu’au sommet, scrutant l’horizon avec un calme et un vide intérieur propre à son détachement. Elle avait réussi à faire un vide incroyable de son esprit. Elle ne sentait plus l’elfe ou encore la forêt. Tout avait été mis de côté. La forêt, vue d’en haut, était aussi belle et incroyable. Son esprit s’envola au-dessus, parcourant chaque terre de son imagination. Elle esquiva un simple sourire. Un sourire plein d’abnégation de ce dont elle avait véritablement envie. Elle verrouilla le reste de ses souvenirs et se décida à redescendre de l’arbre, ayant réussi à se ressourcer et faire un vide complet de son âme, temporairement.

-Alors, Konoe…

Commença-t-elle d’un ton hésitant, incertaine de ce qu’elle allait bien pouvoir lui dire. Un point de suspense se laissa sentir, un bref moment. Puis, l’elfe tendit la main vers l’avant, ayant souvent vu les gens du village d’à côté exécuté un tel geste.

-Je suis Naélie. Tout simplement. Je suis dans la forêt parce que je déteste la compagnie des gens et je comprends très bien ta nervosité. Alors, sinon, tu peux m’expliquer pourquoi tu m’as adressé la parole si tu détestes cela autant que moi ?

Demanda-t-elle à brûle point, ne retenant pas, encore une fois et comme toujours, son impulsivité à dire ce qu’elle pensait très exactement, sans l’ombre d’un semblant de tact.  
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Une balade en forêt
Revenir en haut Aller en bas

Une balade en forêt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Une balade en forêt? (Avec Evangeline Bishop)
» Balade en forêt [pv avec cedric williams] [TERMINE]
» [Bande] Gobelins des forêts
» [HRP] Description de la forêt
» [Ruelles] Balade matinale sans Sebastian [PV: Ciel Phantomhive & Atsuka Lyako]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les terres d'Aëndryl :: Règlement et Administration :: Archives 2014-2017 :: RP Forum-