Avis aux visiteurs !
Ce forum est classé +18 ans, il peut contenir des textes et scènes RP violentes et érotiques.
Nous conseillons aux plus sensibles de passer leur chemin.

Partagez|

Prit la main dans le sac [PV: Amnesia Kenbo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Prit la main dans le sac [PV: Amnesia Kenbo] Dim 4 Jan 2015 - 17:36
Je marchais dans les bois, calmement. Rien aux alentours. Seuls les sifflements des oiseaux étaient présents. Soudain, un craquement, je me stoppai et s'accroupis dans un buisson. Je regardai un peu partout : une biche. Elle avait l'air délicieuse. Je sortis mon poignard et m'avançai délicatement à quatre pattes ... Je m'arrêtai à deux ou trois mètres de l'animal. C’était mon jour de chance, cela faisait quelques jours que je n'avais pas pu m'offrir un repas. Je me léchai les babines et au moment où j'allai me jeter sur la biche pour la tuer, une flèche se planta dans mon bras. C'était une jeune femme, humaine qui me faisait comprendre que cette proie était sienne. Je lui jetai un regard noir mais reculai tout de même ... Mais je n'avais pas dit mon dernier mot. Elle voulait sa proie ? Jamais elle ne l'aurait. Je me levai et jetai mon poignard au pied de l'animal qui s'enfuit. Puis je partis en courant récupérer mon arme et je me jetai sur cette jeune femme, elle ne réagit pas. Je lui poignardai alors l'épaule et lui volai sa bourse et m'enfuis.

Je courus jusque Lumérill, puis m'arrêtai. Je pris la bourse volée et l'ouvris ... Rien ... "Merde" Je jetai le sac et entrai dans la ville. Je détestais cette ville... Trop d'humains. Je m'avançai alors vers les Bas Fonds. Je parlai à quelques connaissances pour savoir si la pêche avait été bonne mais les gens faisaient de plus en plus attention à leur bourse ... Quelques petites rumeurs circulaient, par-ci, par-là ... Mais rien d'extraordinaire. .. C'était vraiment pas un temps pour les voleurs...

Je circulai alors à travers le Quartier Commercial. C'est là où l'on se faisait le plus de blé. Il y avait tellement de personnes qu'ils ne se rendaient pas compte qu'on les volait, sauf certains, souvent, des radins ou des pauvres qui avaient tout juste assez d'argent pour se payer un morceau de viande et une ou deux pommes de terre ... Je me promenai avec ma cape noire, pour éviter d'être reconnu ou même seulement remarqué. Tout était calme, rien à voler ... C'était le calme plat ... C'est alors que je vis une bonne bourse qui devait être remplie de pièces. C'était une jeune Neko, elle ne devait pas se méfier. Elle devait avoir dix-huit ans, voire dix-neuf ans ... Trop jeune pour s'être déjà fait voler ... J'allais pouvoir lui apprendre ce qu'était la vraie vie. Je m'approchai alors puis la bousculai en lui volant discrètement sa bourse.

" Je vous prie de me pardonner, Mademoiselle... "
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Prit la main dans le sac [PV: Amnesia Kenbo] Dim 4 Jan 2015 - 20:09


Prit la main dans le sac !

« Il ne faut jamais vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué ! »
Amnesia Kenbo & Konoe Lamento


Le Soleil était déjà haut, quand la Demoiselle ouvrit les yeux. Elle jeta un regard dehors, et il vit les oiseaux chantonner, et la ville déjà bien active. Le ciel était dégagé, et même pour un temps d'hiver, il ne faisait pas si froid. Cela la surprit fortement. Elle s'étira, bâilla, et quitta la pièce.

La journée avait déjà très mal commencé pour Amnesia. Elle s'était, malgré tout, levée du pied gauche,   et ensuite, s'était disputée avec sa voisine en sortant de chez elle. Elle avait alors ouvert son magasin de manière peu attirante. Mais, durant la journée, elle avait pu se calmer. Il faisait beau, et les gens avaient, eux, l'air de bonne humeur. Ils étaient souriants, et achetaient tout et n'importe quoi. Amnesia ne comprenait pas pourquoi un tel changement. Même avec elle, ils étaient agréables. Elle s'efforçait, bien sûr, en tant que bonne commerçante, à toujours être souriante et avenante. Sauf, bien sûr, si on l'avait embêtée.
Ce jour-là, c'était aussi une bonne journée pour les voleurs. Elle en vit beaucoup passer, et prendre les bourses des gens, sans forcément qu'ils s'en rendent compte. Bien sûr, la jeune Neko ne les prévenait pas forcément. Elle estimait que ce n'était pas son travail, et qu'elle avait bien mieux à faire que de s'occuper de ces moins que rien de voleurs, et de ces gens aussi inconscients. Désormais, le village savait comme les voleurs sévissaient, et certains continuaient de ne pas se méfier. Quels idiots ! pensa-t-elle si fort qu'elle se demanda même si elle l'avait dit à voix haute.

La journée défila rapidement, et vint très vite l'heure de fermer boutique. Alors, lentement, Amnesia  rangea sa marchandise, et ferma l'endroit. Elle récupéra la bourse dans lequel elle avait déposé tout l'argent de la journée. Elle s'était fait un sacré pactole et pourrait se payer le repas du soir. Tant mieux ! Elle pourrait manger convenablement, aujourd'hui.
Elle positionna son arc dans son dos, et sa bourse sur le côté. Malgré les apparences, elle se méfiait des voleurs.
Le Soleil déclinait à l'Horizon, et le ciel prenait une couleur orangée. Même à cette heure-ci, il y avait encore du monde. D'habitude,  elle prenait d'autres chemins pour rentrer chez elle. Certes, moins fréquentables, mais aussi moins fréquentés ! Seulement, elle devait se hâter d'aller acheter son met du soir.

Elle y était presque lorsqu'un jeune homme la bouscula.

« Je vous prie de me pardonner, Mademoiselle. » déclara-t-il, mine de rien.


Or, la jeune Neko était loin d'être dupe. Un homme avec une cape noire, qui cache bien son visage, qui la « bouscule », évidemment du côté où il y a sa bourse, et qui part rapidement, c'est louche. Même, on devine que c'est un voleur. La colère monta aussitôt jusqu'aux oreilles d'Amnesia, et son sang ne fit qu'un tour. Cet homme avait fait la pire erreur de toute sa vie. Elle lui courut après, le rattrapa, lui colla un grand coup de coude dans le ventre ( bien sûr, le pauvre homme se retrouva plié en deux), puis ensuite, un coup de genoux dans le nez. Sa capuche vola en arrière. Elle récupéra sa bourse, mais ne partit pas. Les gens les fixaient.

« Pour qui tu te prends ? Et pour qui m'as-tu prise ? Tu viens de faire la pire erreur de ta vie, je ne te laisserai pas partir ! »


Rapidement, Amnesia dégaina son arc, et le pointa droit sur lui. Il allait payer ...

CODAGE PAR MADOUCE SUR EPICODE
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Prit la main dans le sac [PV: Amnesia Kenbo] Lun 5 Jan 2015 - 2:26
Cette bourse était réellement pleine d'argent. J'allais pouvoir me payer quelque chose de comestible quand soudain, j'entendis des pas en course arrivé sur moi. J'allais laisser passer cette personne et peut-être même lui voler sa bourse lorsque soudain, un coup dans le ventre puis un autre dans le nez. Je m'en retrouva à terre, sur les fesses. Je reconnus alors la jeune neko à qui je venais de voler sa bourse, par ailleurs, elle la reprit. Ma capuche s'était retirer et tout le monde nous regardait, je serrai les dents lorsqu'une flèche se retrouva pointé sur moi... Je n'avais réellement pas de chance avec les archères aujourd'hui.

« Pour qui tu te prends ? Et pour qui m'as-tu prise ? Tu viens de faire la pire erreur de ta vie, je ne te laisserai pas partir ! »

Je me relevais et remis ma capuche. Je crachai du sang avant de lui répondre.

" Je vois qu'il faut toujours se méfier des apparences... Je vous ai prise pour une neko sans défense mais vous savez vous battre... Rien à vous apprendre, mais... par contre, vous ne voudriez pas baisser votre arc avant de blesser quelqu'un... ? "

Je regardais la jeune neko, mes yeux étaient plongés dans ses yeux orange... Qu'ils étaient beaux... Ils me rappelaient les yeux de mon père... Je ne le sentis pas mais mon regard, qui était jusqu'alors assez froid, devint presque doux mais triste à la fois...

" Si vous voulez que l'on parle, que l'on s'explique, allons autre part... "

Je baissais l'arme de cette petite et l'emmena dans une des ruelle qu'il y avait sur le côté de la Rue Commerçante. J'entendis, derrière moi, des personnes dirent "Bon débarra", "J'espère qu'elle va bien le tuer qu'il arrête de nous voler". Je fis semblant de ne rien entendre, je ne savais pas si ils m'avaient assez vu pour me reconnaître plus tard... Si c'était le cas, je n'aurais pas d'autre choix que de partir de cette ville pour trouver un autre coin de chasse.

C'était une ruelle assez sombre et très, très peu fréquentée. Je me cachais souvent dans celle-ci pour repérer mes futurs victimes de vol... Je ne tuais que rarement... Je n'aimais pas réellement ça... Ça me rappelait de trop vieux, inoubliables et douloureux souvenirs... Je ne voulais pas devenir comme les assassins de mon père, que je n'avais jamais retrouvé... Je me tournai sur la jeune fille, replaçai ma mèche qui avait profité de cette situation pour se planter devant mon œil gauche.

" Comment vous appelez-vous ? " lui dis-je, alors, amicalement.

Je n'avais pas peur de passer pour un fou ou quelque chose du genre mais je savais reconnaître mes erreurs. Comme celle de voler une Neko ! Une fille de ma race ! Je m'en étais toujours interdis mais aujourd'hui, il le fallait. J'en avais besoin pour survivre...
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Prit la main dans le sac [PV: Amnesia Kenbo] Lun 5 Jan 2015 - 11:49


Prit la main dans le sac !

« Il ne faut jamais vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué ! »
Amnesia Kenbo & Konoe Lamento

Le jeune homme tenta de plaisanter après avoir craché du sang. Bien fait ! pensa-t-elle. Seulement, le jeune homme baissa son arme, et l'emmena dans une ruelle sombre. Les oreilles de chat d'Amnesia se mirent en arrière. Elle avait peur, mais ne voulait pas le montrer. Sa queue fouettait l'air, et elle tentait d'échapper à la prise de cet homme. Elle gigotait, mais rien n'y faisait. Derrière elle, elle entendit les villageois cracher sur le dos du garçon, mais il ne réagissait pas. Cela la surprit. Mais, pour une fois qu'on l'appréciait, elle.

Lorsqu'ils arrivèrent, il la lâcha, et lui demanda, amicalement, comment elle s'appelait. Le visage d'Amnesia devint rouge. Il se fout de moi ? Elle lui colla une gifle. Elle eut très mal comme elle frappa fort. De plus, en l'emmenant, il avait serré son poignet tellement fort, qu'elle avait mal.

« Je vais finir par croire que tu ne tiens pas à ta vie ! Déjà, tu me bousilles le poignet pour m'emmener dans une ruelle cruellement sombre, et en plus, tu fais comme si tu n'avais pas tenté de me voler y'a dix minutes ?! Non, mais, tu te fous ouvertement de ma gueule, là ! ... Elle souffla un grand coup, reprit son calme, et continua, d'un air menaçant. Ecoute, mec, j'sais bien qu'tu fais deux têtes de plus que moi, que t'est plus balaise et plus vieux, mais avec moi, tu vas perdre. J'te laisserai pas faire comme si de rien n'était juste parce qu'on est "pareils". Tu ne connaîtras pas mon nom, j'vois pas pourquoi j'te l'dirais. Ah, d'ailleurs. Tout à l'heure, la seule personne que j'aurais blessée, se serait toi. »


Elle souffla à nouveau un grand coup, et prit enfin le temps de le regarder. Il était blond, aux yeux rouges. Elle le trouvait particulièrement ... mignon. Ben, quoi ? C'est une femme ou ça ne l'est pas ! Elle détourna le regard, et regarda autour d'elle. Des hommes assez étranges traînaient dans le coin, et la regardait étrangement. De plus, le temps continuait d'avancer, il ne l'attendait pas. Elle lâcha un « J'ai autre chose à faire. » et quitta rapidement les lieux. Elle retourna dans la rue commerçante, et accéléra le pas jusqu'à la boutique.
Cependant, l'image de ce Neko ne cessait de la hanter. Non pas à cause du fait qu'elle le trouvait mignon, hein. Mais, elle se demandait qui il était. Et puis, peut-être n'était-ce pas une bonne idée de l'avoir abandonné là-bas, dans ce coin de malfrats. Elle resta longuement devant la boutique, sa bourse et son sac de nourriture tous deux fermement tenus dans sa main droite. Elle regarda la route pour aller chez elle, puis celle pour retourner à la ruelle. Et ainsi plusieurs fois. Cela ne faisait que 5minutes qu'elle était partie. L'état du garçon l'inquiétait, et elle n'aimait pas ça. Du tout.

Après avoir fait deux pas en direction de chez elle, elle fit demi-tour, et retourna dans la ruelle. Il y était toujours. Il dut se demander pourquoi elle était revenir. Rah, il va croire que je suis accroc ... s'exaspéra-t-elle, intérieurement. Son ventre à elle gargouilla, et celui du Neko aussi. Elle lui prit la main, et l'emmena dans son magasin à elle. Elle ferma la porte, souffla, et s'installa à une table (d'exposition, à la base), où elle l'invita à s'asseoir. Elle posa la nourriture entre eux deux.

« Vas-y mange. J'ai pitié de toi. cracha-t-elle, fermement Amnesia. Mon prénom c'est Amnesia. Et toi ... ? »


Elle remarqua qu'il mangeait de bon coeur, et elle, ça lui fit mal au coeur. Il ne devait pas avoir beaucoup à manger. Elle se détesta de le prendre ainsi en pitié. Elle se trouvait ridicule. La jeune Neko repoussa sa nourriture, elle n'avait plus faim. Elle laissa tout à son camarade, et elle se plaça derrière son comptoir. Elle posa son coude sur celui-ci, d'un air blasé. Il y avait tant de questions qui trottaient dans sa tête qu'elle avait envie de commettre une bêtise. Bizarrement, son pouvoir de Télépathie lui démangeait les neuronnes. Elle allait passer à l'acte lorsque ...

Soudainement, la jeune Neko fit un bond. Quelqu'un entra. Un homme, grand, et musclé s'approcha d'elle. Une goutte de sueur coula le long de la tempe de la Jeune Neko. Ses oreilles se couchèrent en arrière, et elle recula jusque contre le mur derrière elle. L'homme ne s'était pas occupé du goinfre plus loin. Amnesia regarda à gauche : son arc était trop loin. Elle n'avait aucune autre arme. Elle serra sa bourse contre elle. Elle savait ce qu'il voulait ...

« Heeeeeeeeey ... Marcoooooo ... Ca faisait un baiiil ... Comment tu vas ?

- Tu sais ce que je veux. cracha-t-il, froidement.

- Ouais, mais tu vois, les temps sont durs, mon Coco ...

- Je vais devoir m'énerver ... Je voulais pas en arriver là avec toi, Amnesia. On était tellement proche !

- On peut l'être encore, si tu veux ... ? »


L'homme siffla, et des gars entrèrent et pillèrent le magasin. Elle était impuissante. Une larme monta jusqu'à ses yeux. L'homme s'approcha d'elle, un poignard à la main. Elle ne lui donnerait pas sa bourse ... Elle espéra simplement que l'autre goinfre ait désormais assez de force pour venir l'aider ... Elle remarqua qu'il ne lui avait toujours pas dit son prénom ! Elle s'insulta, lorsqu'elle pensa cela, parce que ce n'était vraiment pas le moment ...
CODAGE PAR MADOUCE SUR EPICODE
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Prit la main dans le sac [PV: Amnesia Kenbo] Mar 6 Jan 2015 - 16:22
Elle devenait rouge... Qu'est-ce que j'avais dit encore, je lui ai juste demander son prénom, c'est tout... Je crois qu'en fait, elle se mettait en colère puisque deux secondes après elle me gifla. Ma tête parti sur le côté mais, je restai stoïque, ne rien dire et ne rien faire, surtout, ne rien faire... Je crois qu'en fait, elle eut plus mal que moi. Un sourire, à peine perceptible, se fit sur mon visage.

« Je vais finir par croire que tu ne tiens pas à ta vie ! Déjà, tu me bousilles le poignet pour m'emmener dans une ruelle cruellement sombre, et en plus, tu fais comme si tu n'avais pas tenté de me voler y'a dix minutes ?! Non, mais, tu te fous ouvertement de ma gueule, là ! ... »

Elle souffla un grand coup. Je ne voulais pas lui faire mal mais bon, si elle ne s'était pas débattue comme elle l'avait fait cela ne serait pas arrivé... J'allais lui répondre lorsqu'elle continua ses paroles peu amicales.

« Ecoute, mec, j'sais bien qu'tu fais deux têtes de plus que moi, que t'es plus balaise et plus vieux, mais avec moi, tu vas perdre. J'te laisserai pas faire comme si de rien n'était juste parce qu'on est "pareils". Tu ne connaîtras pas mon nom, j'vois pas pourquoi j'te l'dirais. Ah, d'ailleurs. Tout à l'heure, la seule personne que j'aurais blessée, ce serait toi. »

Elle avait de la répartie  et surtout un sale caractère... Elle s'en fichait que l'on soit du même côté, de la même race... C'est dommage... Je commençais à l'apprécier. Je ne saurais rien d'elle donc. Et elle recommença à souffler, elle devait vraiment être énervé, ce qui me fit sourire à nouveau... Mes yeux se replantèrent dans ses yeux à elle... C'est alors que je vis que quelque chose brillée  venant de son front. Je regardai alors et je vis ce bijou qui devait valoir une fortune: une tiare, une magnifique tiare. J'imaginai alors l'argent que j'aurais gagné avec un bijou comme celui-ci...

Elle  me dévisageait aussi et d'un coup, tourna la tête. Je pensais qu'elle avait vu quelque chose alors je regardais dans la même direction. Plusieurs malfrats étaient là. Je les connaissais pratiquement tous, des connaissances bonnes comme beaucoup moins bonnes... Ils la regardaient, je fronçais les sourcils. C'est alors que j'entendis la petite dire qu'elle n'avait pas que ça à faire et elle partit. Je n'essayai pas de la retenir.

Certaines connaissances vinrent me voir pour me demander qui elle était. Je ne leur répondis qu'ils ne devaient pas la toucher sinon, je m'occupai de leur cas. Ils reculèrent et repartirent dans leur coin. Je m'asseyais sur une pile de caisses pour repérer ma future proie... Je devais trouver de l'argent... J'avais besoin de manger... Je n'avais même pas la force de me battre ou même de courir, c'est pour cela, d'ailleurs, que je ne volais pas un étalage... Si le commerçant me voit, il fallait que je cours... Je soupirais à l'idée de ne pas pouvoir manger ce soir, encore...

En même temps de surveiller les personnes passant dans la rue, je me méfiais des malfrats, avec qui j'avais des comptes à rendre... "Vieux blaireaux ne s'étant pas lavés depuis vingt ans..." pensait-je... J'étais en train de cracher sur leurs dos que j'entendis quelqu'un s'approcher de la ruelle, je descendis de mes caisses lorsque soudain la jeune neko aux cheveux violets et aux yeux orange arriva. Que faisait-elle là ? Avait-elle perdu quelque chose ?

Elle me regarda soudain nos deux ventres, pratiquement à l'unisson, gargouillèrent. Puis elle me prit la main jusqu'à une sorte de boutique. Elle me fit entrer, elle ferma la porte et souffla puis elle s'installa sur une table et m'invita à la rejoindre, ce que je fis. Et là, elle posa de la nourriture sur la table et elle m'invita à manger. Je me jetai presque sur cette nourriture qui se dressait devant moi... Elle continua sa phrase en me disant son prénom : Amnesia... C'était très beau... Elle demanda le mien mais, avec ma bouche pleine, cela était compliqué... Alors, je ne parlai pas. C'est alors qu'elle fit reculer sa nourriture dans ma direction, je la regardai, elle avait l'air d'une fille qui n'avait pas faim alors que quelques minutes auparavant, son ventre avait gargouiller... Mais je m'en fichais un peu, je mangeai ! C'est alors qu'elle se leva et alla derrière le comptoir, je n'y fis pas réellement attention...

C'est alors que dons un grand fracas, la porte se fit défoncer par un homme très grand, plus grand que moi et très musclé fit son apparition. Je ne m'en occupai pas, ce n'était pas mes oignons. Je continuais à manger tout en me méfiant, tout de même. Je vis même Amnesia reculer contre le mur qui était derrière le comptoir.

« Heeeeeeeeey ... Marcoooooo ... Ça faisait un baiiil ... Comment tu vas ?

- Tu sais ce que je veux. dit-il, sèchement.

- Ouais, mais tu vois, les temps sont durs, mon Coco ...

- Je vais devoir m'énerver ... Je voulais pas en arriver là avec toi, Amnesia. On était tellement proche !

- On peut l'être encore, si tu veux ... ? »

L'homme siffla et d'autres hommes, surement ses hommes de main commencèrent à piller le magasin. Je me leva et sortis mon poignard. Je sautai sur l'un des hommes et le poignardai au niveau des poumons, il tomba... " Je ne pourrais pas tous les faire fuir. Me disais-je. Il faudrait Qu'Amnesia vienne m'aider ! ". J'étais blessé à l'épaule à cause de la sauvageonne de la forêt. C'est alors que je regardai vers Amnesia. Mes yeux s'écarquillèrent, l'homme se dressait devant elle, un poignard à la main. Mes souvenirs refirent surface... La tristesse fit alors place à la colère. Je serai alors ma mâchoire. Mon cerveau avait laissé place à une sorte de folie meurtrière.

Je courus vers l'homme et lui sauta dessus. Il me fit voler à travers la salle mais, je me relevai et me jetai, une fois de plus sur lui. On se donna des coups plus violant que d'autres. Un de ses coup de poing me fit retraverser la salle et j'atterris contre un mur. Le temps que je refis surface, il s'était retourné sur Amnesia.  Une fois de plus et pour la dernière fois, je lui sautai sur le dos et cette fois, je lui tranchai la gorge. Il tomba en arrière. Je m'écrasai alors au sol, assommé. Je ne su pas ce qui se passa ensuite...
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Prit la main dans le sac [PV: Amnesia Kenbo] Mar 6 Jan 2015 - 19:57


Prit la main dans le sac !

« Il ne faut jamais vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué ! »
Amnesia Kenbo & Konoe Lamento


Amnesia commençait à se sentir mal, et à tourner de l'oeil. Lorsqu'elle jeta un enième regard vers l'autre goinfre, il n'était plus là. Il se battait contre d'autres hommes. Il était blessé, et c'est seulement maintenant qu'elle le remarqua. Est-ce que ça date d'avant ? se demanda-t-elle.
Marco n'était plus loin d'elle, elle retenait son souffle. Elle ferma les yeux lorsqu'il s'apprêta à donner un coup mais elle entendit un gros "BOUM".  Elle ouvrit les yeux d'un coup et remarqua le Neko qui avait attérit dans le mur et qui se relevait déjà. Et ainsi une autre fois. Il se jeta une énième fois sur son dos, et lui trancha la gorge. Le sang gicla jusque sur le beau visage d'Amnesia. Marco tomba sur le dos, le Neko en dessous. Amnesia n'eut pas le temps de s'occuper d'eux. Elle saisit son arc et tua les hommes un par un.
A ce moment là, des gardes du village entrèrent et les emmenèrent tous, sauf le Neko qu'elle désigna. Ils la laissèrent là, dans l'embarras. D'autres étaient partis avec des parties de sa marchandise. Le reste était détruit, ou endommagé. Il ne restait presque rien. Mais, elle ne s'en occupa pas tout de suite. Elle se jeta sur le garçon, et lui carressa doucement le visage. Il vivait encore. Elle le soigna du mieux qu'elle le pu, et lui mit un linge d'eau froide sur le front.
Alors, elle se releva, perdue. Sa tête lui tournait, ses jambes tremblaient. Elle était encore tâchée de sang. Elle retira sa tiare, et l'essuyant, elle la posa sur le comptoir. Elle avança, hésitante, dans sa boutique ruinée. Elle tomba soudainement à genoux, en larmes. Pourquoi était-elle soudainement si faible ? Pourquoi tant de larmes ? Elle se haissait d'être ainsi. Soudainement, la tête entre ses mains, elle se redressa en hurlant. Elle retomba à quatre pattes.

Environ ving minutes plus tard, elle se redressa, essuya ses larmes, et entreprit de nettoyer le magasin. Le garçon était installé dans un coin tranquille. Ses yeux se tournaient tout le temps vers lui. Elle ne cessait de le surveiller, comme si elle avait peur qu'il disparaisse. Elle tria les objets détruits, les objets abîmés, et ceux encore en bon état. Ces derniers étaient bien peu nombreux. Elle regarda les trois tas d'un air désespéré. Pour récupérer le retard prit avec toutes ses pertes, elle devrait prendre une journée ou deux de fermeture pour s'y atteler complètement, et refaire beaucoup d'objets. Elle récupéra ses affaires, celles du garçons, et la nourriture et interpella un commerçant voisin qui s'en allait. Elle lui demanda de l'aider. Il prit le jeune homme, et elle ferma bien la boutique. Il les déposa dans sa maison, pas très loin. Elle le remercia, et ils l'installèrent dans le lit. La maison était toute petite, et la cuisine et le lit étaient donc dans la même pièce que le salon.
Elle retourna chercher de quoi faire à manger dans une boutique loin de chez elle. Elle craint pour sa vie, mais elle arriva à la boutique et chez elle saine et sauve. Le garçon ne bougeait toujours pas. Elle lui caressa les cheveux doucement, inquiète, puis elle cuisina, pendant environ une heure. Elle ne savait pas si elle devait le réveiller. Elle hésita, puis finalement, attendit.

Elle le vit emmerger quelques minutes plus tard. Elle lui apporta aussitôt de la nourriture, et elle s'assit sur le lit.

« Ca va un peu mieux ? Merci beaucoup pour tout à l'heure, tu as pris cher. Tout ça pour une inconnue aussi aimable qu'une pierre ... Pardon. Tiens, mange tant que c'est chaud. Elle regarda ses pieds. Tu ne m'as toujours pas dis ton prénom ? »


Elle le regarda manger.

« Et si tu restais ici le temps que tu te soignes ? Tu pourrais même venir à la boutique, pour de faire de l'argent de poche ? »


[Désolée, j'ai vraiment rien à rajouter ensuite, je ne sais pas quoi dire de plus °-°]
CODAGE PAR MADOUCE SUR EPICODE
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Prit la main dans le sac [PV: Amnesia Kenbo] Mer 7 Jan 2015 - 0:09
J'immergeais. Je ne savais combien de temps était passé mais Amnesia arriva avec de la nourriture. Je n'avais pas réellement faim mais je mangeais quand même. Elle me demanda comment j'allais, je ne lui répondis pas, seul un sourire pouvait lui dire que j'étais en vie. J'avais bizarrement très mal à la tête mais elle avait l'air de s'en vouloir... Je ne voyais pas pourquoi. Elle me remercia de ce que j'avais fait. Pour mon, c'était un plaisir d'avoir, pour une fois, sauvé quelqu'un... Elle me rappela que je ne lui avais toujours pas dit mon nom. Un petit silence s'installa avant qu'elle ne continue:

« Et si tu restais ici le temps que tu te soignes ? Tu pourrais même venir à la boutique, pour te faire de l'argent de poche ? »

Je m'arrêtai alors. Je levai la tête vers elle, posai ma gamelle sur la table à côté. On ne m'avait jamais proposer de dormir sous un toit, un vrai toit... et puis elle me proposa de travailler avec elle... C'était bizarre comme situation, et je ne savais que dire... Je l'appréciais mais je ne savais pas si c'était une bonne idée... J'étais quelqu'un de solitaire et je n'aimais pas réellement être avec quelqu'un... Mais cela restait une meilleure idée que de repartir dans les bois à voler et à geler lorsqu'il fait vraiment froid... Je soupirai.

" D'accord je reste... Mais c'est juste parce que je ne veux pas dormir dans les bois dans un froid pareil... Konoe...Konoe Lamento... C'est mon nom... Je me tue quelque instant avant de continuer. Merci de m'avoir soigné... D'ailleurs... On est où et pendant combien de temps ai-je été évanouis ? "

Je regardais autour de moi, est-ce que c'était chez elle ? C'était mignon et simple, comme j'aime ses petites maisons. Elle ressemblait à celle de mon enfance... C'était bizarre...
Mon regard se retourna sur la neko qui avait l'air quand même soulagé de me voir bouger et parler... C'est alors que je vis, juste devant l'oreille, une tache. Je m'approchai d'elle et, à l'aide de mon doigt, l'essuyai. Je l'approchai de mon nez et le renifla puis le goutta. Du sang, c'était du sang... Elle avait été éclaboussé, surement lorsque j'avais égorgé 'Marco'... Je pensai alors que j'avais dû éclabousser sa tiare... Je regardai mais elle n'était pas sur son font. Je regardais tout autour mais rien... Ses malfrats, ils lui avaient volé. Je serrais les dents et me levai.

" Où sont-ils allés !? Les bras droit de l'autre abrutit ! Où ils sont allés ?! Je ne criais pas mais presque. Je récupérerais ta tiare ! "  

Ma tête me tourna et je me rassis... Mon épaule me faisait mal aussi... Je soupirai... Je ne ferais pas peur à une mouche dans cet état là...

" Tu dois me trouver bien pathétique... Non..? Désolé... Désolé de te déranger... "
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Prit la main dans le sac [PV: Amnesia Kenbo] Mer 7 Jan 2015 - 23:20


Prit la main dans le sac !

« Il ne faut jamais vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué ! »
Amnesia Kenbo & Konoe Lamento


Avait-elle réellement honte de l'image qu'elle montrait à ce garçon ? Etait-elle à ce poit fière pour avoir honte d'être reconnaissante, et de ne pas savoir comment le remercier ? Avait-elle honte d'avoir eut peur ? Avait-elle honte d'avoir peur ? Etait-elle trop fière pour être aidée ? Probablement. Même, sûr.
Elle était perdue dans ses pensées lorsqu'il lui répondit. Elle s'efforça de cacher un sourire lorsqu'il répondit affirmativement. Elle n'en revenait pas d'elle même qui avait sacrifié sa précieuse solitude pour quelqu'un qui l'avait sauvé ! Elle se demanda, horrifiée, si elle avait un 'bon' coeur. Cela lui fit tourner la tête.
Il lui donna alors enfin son nom. Konoe ? pensa-t-elle. Mon dieu, ce que c'est moche ! Elle ria dans son fort intérieur et ne parut rien (pour ne pas être prise pour une folle). Lorsqu'il lui demanda depuis combien de temps il était là, elle se mit à réfléchir ? Sincèrement, aucune idée ! songea-t-elle, une mine surprise. Elle compta les heures, approximativement.
Elle remarqua qu'il regardait partout, avec un air de petit garçon qui le rendait à croquer. Elle secoua sa tête et reprit ses esprits. Finalement, il la pertuba tant il la regardait. Elle tourna un regard timide vers elle. Amnesia était quand même soulagée de le voir en si bon état. Il s'approcha alors d'elle, et ses joues devinrent rouges. Elle serra les points : Fais un centimètre de plus, et je t'égorge ! Mais, il sembla goûter quelque chose devant son oreille. Certainement du sang. Pourtant, elle s'était lavée ... Il regarda son front, serra les dents, et se leva avant d'hurler :

« Où sont-ils allés !? Les bras droits de l'autre abrutit ! Où ils sont allés ?! Je récupérerai ta tiare ! »


Avant qu'elle ne puisse dire quoi que se soit, il retomba en arrière, assis. Il était encore trop faible pour bouger ! Idiot. Il soupira, et marmona :

« Tu dois me trouver bien pathétique ... Non .. ? Désolé ... Désolé de te déranger ... »


Elle ne put empêcher un sourire de se former sur son visage, d'un air un peu moqueur.

« Ne sois pas idiot, Konoe. Son prénom était sorti tout seul, comme si elle le connaissait depuis longtemps. Elle commençait déjà à s'y faire. Tu ne serais pas là, si tu me dérangeais. T'as pas remarqué que je suis du genre " je me fous de tout, de tout le monde, et surtout de ce qu'ils pensent " ? Tu ne me gênes pas, et après ce que tu as fait, c'est la moindre des choses que pour moi de t'aider. Et, tu es pathétique à te poser ce genre de questions ! lança-t-elle d'un air mesquin. Allez, reprends-toi ! Ah, et ma tiare, elle est là. Elle la montra du doigt. Elle était délicatement posée sur une table. Je ne les aurais pas laissé voler ce bijou bien plus précieux que ma propre vie, bougre d'andouille. Ah, et elle a juste besoin d'un bon nettoyage, avant que ça sèche. »


Justement, elle se leva, embrassa Konoe sur le front, et se dirigea vers la table. Elle s'assit, un mouchoir et de l'eau avec elle, et entreprit de nettoyer le bijou. Lorsque ses yeux se posaient sur le bijou, ils étaient tristes, et pleins de douceurs, et de bons souvenirs. Lorsqu'elle les posait sur Konoe, afin de s'assurer que tout allait bien, ils étaient inquiets, et reconnaissants. Et pour une fois, la seule fois de toute sa vie, jusqu'à présent, Amnesia avait les yeux qui parlaient. Mais, pour une fois, la seule fois de toute sa vie, jusqu'à présent, Amnesia ne portait plus de masque. Trop choquée ? Trop épuisée ? Allez savoir. Personne ne le saura jamais. Sauf elle. Et elle est bien trop fière pour le dire à quiconque le lui demande. Surtout s'il ne finit pas empallé dans une flèche.
En vérité, Amnesia était trop chétive, trop fragile pour paraître à ce monde dur, et cruel, comme elle devrait l'être. Elle a besoin de se masque, de cette carapace qu'elle s'est forgée.
Toujours assise sur sa chaise, et sans regarder Konoe, elle demanda :

« Qui es-tu réellement, Konoe ? A vrai dire, tu m'intrigues. J'aimerais en savoir plus sur toi. Si tu le veux bien. »


Elle insista sur "si tu le veux bien" mais, pas de manière : " N'oublie pas que t'es pas obligé", mais plus " T'as pas le choix." De toute façon, si tu veux pas, j'utiliserai la manière forte. pensa-t-elle. Elle continua de nettoyer son bijou tout en attendant sa réponse avec grande impatience. Elle se décida elle-même à redevenir la Amnesia habituelle, car elle laissait passer trop de sentiments. Son visage redevint alors impassible ...


CODAGE PAR MADOUCE SUR EPICODE
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Prit la main dans le sac [PV: Amnesia Kenbo] Jeu 8 Jan 2015 - 14:52
Je la vis sourire... Je crois que c'était la seule fois de la journée que je voyais ce véritable sourire.

« Ne sois pas idiot, Konoe. Tu ne serais pas là, si tu me dérangeais. T'as pas remarqué que je suis du genre " je me fous de tout, de tout le monde, et surtout de ce qu'ils pensent " ? Tu ne me gênes pas, et après ce que tu as fait, c'est la moindre des choses que pour moi de t'aider. Et, tu es pathétique à te poser ce genre de questions ! Allez, reprends-toi ! Ah, et ma tiare, elle est là.  Je ne les aurais pas laissé voler ce bijou bien plus précieux que ma propre vie, bougre d'andouille. Ah, et elle a juste besoin d'un bon nettoyage, avant que ça sèche. »

Elle avait montrer sa tiare du bout du doigt, elle était sur une table, un peu plus loin. Je vis alors Amnesia se lever et elle m'embrassa le front. Mes joues devint rouges. Puis elle prit un mouchoir et de l'eau puis s’essaya pour la nettoyer.
C'était étrange, lorsqu'Amnesia posait ses yeux sur ce bijou, ses yeux étaient emplis de tristesse alors que lorsqu'elle me regardait, ses yeux montraient de l'inquiétude et de la reconnaissance. C'était, encore une fois, la première fois que je pouvais lire des sentiments dans le regard d'Amnesia.
Alors qu'elle ne me regardait plus et que je regardais mes pieds (c'est ce que je faisait lorsque je ne savais quoi faire ou quoi dire) Amnesia me demanda qui j'étais réellement... Je l'intriguais. Elle rajouta "Si tu le veux bien " Mais il paraissait être un tu y es presque obligé. Son visage, jusque là expressif, redevint celui que je vis la première fois que l'on s'était rencontrer: impassible...

Je la regardai puis mes yeux retombèrent à mes pieds...

" Si tu m'en dis plus sur toi après, je veux bien... "

Je ne serais pas le seul à me dévoiler... Je détestais parler de moi et surtout de mon passé... A chaque fois que j'y pensais, c'était l'horreur dans ma terre et la nuit qui suivait, je ne pouvais dormir à cause des nombreux cauchemars qui me hantaient... Je fermai mes yeux et mes oreilles se couchèrent en arrière... Ma tristesse était grande mais je voulais qu'elle sache qui j'étais...

Je commençai alors par lui raconter que j'étais né à Lumérill dans une petite auberge. Mon père travaillait pour des humains et c'est ma mère qui m'éleva pendant trois ans mais, on se fit expulser et nous dûmes vivre dans les rues. Je continuai en lui disant que ma mère retrouva un petit travail mais son salaire ne nous serait qu'à nous nourrir. On vécut comme ceci pendant deux ans... Mais mon père mourut et ma mère se retrouva seule avec moi. Je ne rentrai pas dans les détails... Je ne voulais pas... Ma mère continua de travailler en me laissant dans une ruelle... Ce fut le cas pendant trois ans. Mais un jour, elle n'ai pas rentrer et je l'ai chercher... Je ne l'ai jamais retrouvé... Je suis donc partis de Lumérill et j'ai fait une sorte de tour du monde en apprenant des coutumes des autres espèces... Mon voyage s'arrêta dans cette ville... Depuis je vivais dans les Bois Verts.
Je me tus... Ma gorge était en train de se nouer... Je ne devais pas montrer mes sentiments... J'avais appris à les cacher et faire abstraction... C'était ma vie et cette vie allait durer encore longtemps... JE ne parlais plus mais je murmurai "Tu n'es pas obligé de me dire qui tu es... D'accord...?" . JE l'avais dit d'une extrême douceur... Je ne voulais pas qu'elle se force pour un gars comme moi... Je ne voulais pas qu'elle se sente obligé...

" Aujourd'hui, je vis en volant et en traquant les marchands de passage... C'est la vie que j'ai... Je me m'arrêtai, souris et continua. Je suis heureux de t'avoir rencontrer, même si tu as un petit sale caractère, que j'apprécie... "

Je me levai, avec un peu de difficulté, et je me mis derrière elle... Je posai mes mains sur ses épaules.

" Je ne plaisante vraiment pas... Je suis vraiment content que nos chemins se soient croisés... Grâce à toi, je commence à comprendre ce qu'est, vraiment, l'amitié et c'est, aujourd'hui, avec plaisir que je resterais avec toi, le temps de me soigner... Merci. "
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Prit la main dans le sac [PV: Amnesia Kenbo] Jeu 15 Jan 2015 - 13:12


Prit la main dans le sac !

« Il ne faut jamais vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué ! »
Amnesia Kenbo & Konoe Lamento


Amnesia continuait de nettoyer sa tiare, tout en l'écoutant. Alors qu'elle jetai un petit regard vers lui, elle le vit regarder ses pieds. Passionnant, pensa-t-elle. En dire plus sur elle ? J'ai une vie aussi passionnante que ses pieds.

« On verra ... répondit-elle avec un petit clin d'oeil qui se voulait un peu manipulateur. »


Ses yeux se fermèrent, ses oreilles se couchèrent. L'avait-elle fâché ? Ses yeux s'emplirent de triste. Cela fendit le coeur de la Neko.

Il lui raconta sa vie. Né à Lumérill, une petite vie tranquille pendant trois ans, puis, sa vie dans les rues, sa mère qui se trouva un petit travail qui ne les aidait pas, son père qui décéda, sa mère qui continuait de travailler, et qu'il ne retrouva jamais, son départ de Lumérill, son tour du monde, et enfin, sa vie dans les Bois Verts. Sa gorge sembla se nouer. Il avait l'air de vouloir rester fier, mais Amnesia sentait sa tristesse jusque là.

« Quelle vie ... souffla-t-elle, presque pour elle-même»


Il rectifia, d'une extrême douceur, qu'elle n'était pas obligée de parler d'elle. Les joues de la jeune fille devinrent rouges lorsqu'il déclara être heureux de l'avoir rencontrée. Elle détourna le regard. Il se leva, difficilement, et posa ses mains sur les épaules de la Neko qui sursauta, et frissonna.

« Je ... Je suis aussi contente de t'avoir rencontré ... C'est la prem- ... Elle s'arrêta.Oh, et puis zut, hein. T'as compris, j'vais pas t'faire une déclaration, c'pas mon truc, et j'aime pas ça. En plus, à la fin, je gache toujours tout par une connerie, alors.»


Ce qu'il devait se moquer d'elle intérieurement. Elle baissa les yeux, soupira.

« C'est mon tour, n'est-ce pas ?»


Elle regarda un instant en l'air, se remémorant sa vie. Rien de bien intéressant. Elle soupira, encore une fois, et commença son récit.
Amnesia commença par dire qu'elle était, elle, née aux Bois Verts. Elle n'avait plus de père, car il avait abandonné sa mère. Elle passa les détails. Sa mère la confia à sa grand-mère paternelle. C'est cette adorable dame qui l'éleva.

« Oh, ce que j'ai pu l'aimer cette femme. Je l'aimais comme ma mère, elle m'aimait comme sa fille. Elle m'a tout appris. Quelle femme extraordinaire ! Je regrette que tu ne l'ai pas connue. »


Après la mort de cette femme, son horrible tante la récupéra, et elle subit les pires choses. Elle lui conta qu'elle s'était fait accusée du meurtre de son cousin, alors qu'elle n'y était pour rien. Elle plaisanta :

« D'ailleurs, tu te plaindras à cette famille si je suis aussi désagréable ... J'étais adorable, avant ! »


Elle lui raconta qu'elle allait souvent se réfugier au cimetière. Et puis, un jour, elle est partie. Elle est alors venue s'installer dans cette adorable petite maison, abandonnée depuis longtemps. Elle a dû la retaper de ses petites mains habiles. Elle a ensuite monter sa propre boutique, qui fait désormais ce de quoi elle vit.
Elle soupira à nouveau, et souria.

« Et puis un jour, continua-t-elle, j'ai rencontré un abruti de Neko qui a tenté de me voler ma bourse. Mais, cette histoire, tu la connais.»


Elle se tourna vers lui avec un grand sourire. Elle rattacha sa tiare à son front, se leva, et le prit dans ses bras. Amnesia, pourquoi tu fais ça ? Pourquoi t'es différente ? - J'ai un ami. se répondit-elle. Elle se retira, lui ébouriffa les cheveux.

« Un jour, on saura ce qu'il est arrivé à ta mère, et retrouvera mes parents. Pour leur coller une tarte chacun. Ils m'ont abandonnée, quand même ! Pfeuh, ils savent pas ce qu'ils loupent. »


Elle se mit à rire aux éclats, et le regarda droit des les yeux. A nouveau, aucune émotion ne trahissait son visage. Neutre, impassible. Elle n'avait plus peur de rien, elle avait un ami.

Elle s'étira, et se tourna vers lui, à nouveau.

« T'es apte à aller faire un tour, ou tu vas t'effondrer au bout de deux pas, même pas ? »


Elle s'appuya contre la table, avec un regard moqueur, et un air de défi.
CODAGE PAR MADOUCE SUR EPICODE
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Prit la main dans le sac [PV: Amnesia Kenbo] Ven 16 Jan 2015 - 17:10
En fait, depuis la disparition de ma mère, Amnesia était la première personne à qui je parlais réellement. La première que j’appréciai. Cela faisait seize ans que je n'avais pas apprécier quelqu'un comme je le faisais avec Amnesia. Est-ce que c'était écrit dans l'histoire ? Je ne sais pas...
C'est alors qu'elle m'avoua, à demi mots, qu'elle aussi était contente d'avoir fait ma rencontre Elle était fière mais elle avait beaucoup de sentiments enfermés en elle. Il fallait qu'elle les évacue sinon elle craquerais un jour ou l'autre. « En plus, à la fin, je gâche toujours tout par une connerie, alors.» Je souris alors. C'était vrai... mais moi, j'aimais bien ..! C'est alors qu'elle baissa les yeux et soupira. Mon sourire s'éclipsa laissant place à l’inquiétude...

« C'est mon tour, n'est-ce pas ?»

Elle regarda en l'air et soupira un seconde fois. Parfois, je m'inquiétais vraiment beaucoup pour elle ! Et là, j'allais enfin savoir ce que je voulais savoir.

Elle commença par me dire qu'elle était née dans les Bois Verts. Son père abandonna sa mère et Amnesia, c'est pour cela que sa mère, surement à cause du manque de moyen, confia sa fille à la belle-mère... donc la mère de son mari. On pouvait être sourd qu'on pouvait savoir qu'Amnesia aimait énormément sa grand-mère. Elle y tenait vraiment ! Mais elle mourut... Ce fut sa tante qui s'en occupa, elle y a vécu l'enfers ! Ma mâchoire se serra. Amnesia fut même accusée de meurtre sur son cousin. Elle était innocente et cela se voyait sur son visage, elle ne mentait pas. Alors elle fugua et est venue se réfugier dans cette maison qu'elle a rebattit de ses mains et créa sa propre boutique. C'était réellement admirable ! Et étrangement, on n'avait pas vécu la même vie mais en même temps je la comprenais comme si j'étais elle.

« Et puis un jour, j'ai rencontré un abruti de Neko qui a tenté de me voler ma bourse. Mais, cette histoire, tu la connais.»

C'était moi cet "abrutit". J'en étais pas un... Mais bon. Elle avait raison, cette histoire je la connaissais par cœur.
C'est alors qu'elle se tourna sur moi avec le plus grand sourire que je vis de ma vie. Elle rattacha sa tiare et c'est alors qu'un miracle se fit ! Elle me prit dans ses bras ! Je ne réagissais pas à l'instant mais quelques secondes après je la serrai contre moi, comme si elle était ma petite soeur ou une compagne... ... Compagne... J'ai bien dit compagne... C'était bien sur dans le sens compagnon de route... Je crois...
Elle se retira alors, mit sa main sur mes cheveux et me les ébouriffa... J'aimais bien qu'on me caresse la tête ! C'était bien là, un point faible ! C'est alors qu'une mèche sauvage apparut devant mon œil gauche. Je la retirai alors qu'Amnesia fit comme une sorte de promesse, même si s'en était pas une, celle que l'on retrouverais la trace de ma mère et celle de ses parents... C'est alors qu'elle se mit à rire aux éclats. Je ne riais pas, j'étais un peu étonné de cette réaction mais un sourire finit par faire son apparition sur mon visage ! Mes yeux, eux, reflétaient la tendresse que j'avais pour elle ! Elle me regarda dans les yeux puis plus aucuns sentiments ne se montrèrent sur son visage si doux...

Elle s'étira en me demandant si j'avais assez de force pour faire un tour ou si j'allais m'écrouler avant. Pour qui me prenait-elle ? C'est vrai que ce gros Marco m'en a fait voir de toutes les couleurs mais ce n'est pas une raison pour moi pour rester coucher là ! Bien sûr que je voulais sortir !! J'en avais même besoin !!! Je détestais être en intérieur trop longtemps. Je m'étais habituer à la fraîcheur de la nature !

" C'est une question idiote ! Bien sûr que je suis partant pour un tour ! C'est pas ce Marco qui va m'en empêcher !! Je souriais et continuai. Tu veux que l'on aille où ? Je connais des petits endroits sympa si tu veux ou alors on va juste marcher. C'est toi qui vois... "

Je regardais autour de moi et vis une porte. Je me dirigeai vers celle-ci... Je l'ouvris. Un placard. C'était pas ça que je cherchais. Je referme. Regarde encore autour, une autre porte. Je me dirige vers elle et l'ouvre... un autre placard. Toujours pas. Bon tant pis ! Je me dirige vers une troisième porte qui menait dehors.

" Je reviens dans quelques instant. Tu ne me suis pas !"

Je me mis derrière la maison et je passe les détails de ce qu'il se passa. Cela faisait depuis ce matin que je n'avais pas fait mes besoins...
Après cela, j'en profitai pour vérifier ma bourse qui était... vide ! Je ne pouvais même pas acheter quelque chose pour remercier la petite neko...
Après avoir remis ma bourse, je retournais à la porte et m'appuyai sur le mur comme un homme beau et fort, que je n'étais pas, bien sûr...

"Bon alors tu viens ou tu as peur d'attraper froid ..? "

Je lui souris et mes yeux ne purent s'empêcher de montrer cette douceur et cette affection que j'avais pour elle. Elle a vraiment changé le cour de ma vie ! C'était vraiment étrange... Ce n'était vraiment pas dans mes habitudes. Mais je ne pouvais m'empêcher d'être au naturel avec elle. Je voulais lui montrer qui j'étais réellement ! Le fond de mon cœur était aujourd'hui, sur le point de faire surface !!
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Prit la main dans le sac [PV: Amnesia Kenbo] Sam 31 Jan 2015 - 20:07


Prit la main dans le sac !

« Il ne faut jamais vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué ! »
Amnesia Kenbo & Konoe Lamento


Il lui répondit vivement qu'il allait assez bien pour sortir et marcher un peu. Il déclara connaître des endroits sympathiques, et Amnesia souria. Alors, tout guilleret, il se dirigea vers une porte. C'est un placard, idiot. pensa-t-elle. Il ouvrit la porte. Ben oui, c'pas par là qu'il sortirait ! Il referma, regarda autour de lui, et s'arrêta sur une autre porte. Amnesia ouvrit la bouche, mais il avait déjà ouvert le placard. Il trouva enfin la porte d'entrée, ce qui fit sourire la Neko. Il déclara qu'il ne voulait pas qu'elle le suive. Elle pencha une oreille sur le côté. Où pouvait-il aller pour qu'il ne veuille pas qu'elle le suive ? Elle resta ainsi, un instant, puis soudainement, elle entendit comme quelqu'un qui se posait contre le mur de sa maison, puis, une voix retentit :

« Bon alors tu viens ou tu as peur d'attraper froid ..? »


Amnesia esquissa un sourire, et sortit de sa maison. Elle le regarda, placé comme s'il était beau, et fort. Elle rigola.

« T'es gonflé, toi. C'est toi qui voulait pas que je te suive. Elle prit une grande inspiration, et rigola. Il sentait légèrement l'urine. Ah oui, non, en fait c'était bien que je te suive pas. Ah, et fais pas le beau garçon, t'en es pas un ! »


Elle commença à partir en rigolant de lui. Il était si mignon ! Bien sûr, elle ne faisait que rigoler, ce qu'elle disait n'était pas forcément vrai. Il la rattrapa, et ils continuèrent de marcher dans les rues vides et silencieuses. Les gens étaient chez eux à cette heure-ci.
La lune était pleine et haute, cette nuit-là. Le ciel était dégagé. Une douce brise caressait le visage de la Neko, et faisait légèrement bouger ses cheveux. Sa tiare, au vent, faisait de petits bruits sourds, des bijoux qui claquent l'un contre l'autres. Ses yeux se fermèrent quelques instans afin d'apprécier ce vent qui lui caressait les joues doucement, tout en les refroidissant petit à petit. Elle rouvrit les yeux, tandis qu'ils avançaient silencieusement, côte à côte. Ils étaient très proches, et elle le savait, car, parfois, leurs mains se frôlaient. Ses joues en devinrent rosâtre. Elle détourna le regard, vers son côté droit, d'où elle ne verrait pas le Neko. Il n'y avait pas un bruit dans Lumérill. Les gens dormaient, généralement. Les seuls bruits que l'on entendaient était la tiare d'Amnesia, les feuilles des arbres, ainsi que les pas des deux Neko dans la rue. Mais, tous ces bruits passaient presque inaperçus, sauf si on tendait l'oreille. C'était si paisible, si relaxant. Amnesia se sentait bien. Tellement bien. Aussi bien qu'elle ne l'eut jamais été.

Soudainement, elle prit la main de Konoe, et ils s'assirent sur un banc. Elle garda sa main, le temps d'un instant, puis la relâcha en s'excusant, légèrement rouge. Elle fixa le Neko pendant un petit moment, puis elle soupira. Elle posa son dos contre le dossier du banc et mit sa tête sur l'épaule du garçon, et elle fixa le ciel. Elle se sentait tellement bien qu'elle ferma les yeux quelques instants, et somnola.

Elle rêva, le temps de quelques minutes de Konoe et elle, plus tard, toujours aussi amis. Oui, elle avait un ami. Enfin. C'était la première fois que quelqu'un l'acceptait telle qu'elle. Oui, elle était bien. Elle se sentait bien. Pour une fois, elle s'aimait, elle aussi. Elle aimait être elle, être cette jeune fille hautaine, odieuse, insolente, et désagréable. Oui, elle aimait enfin être Amnesia. Elle songea qu'elle ne pouvait pas avoir fait meilleure rencontre que Konoe. Il était un peu comme un grand-frère.
Elle emmergea, soudainement. Non-loin, une personne était entrée chez elle, fermant violement la porte. Elle avait relevé la tête, et regardé Konoe. Elle lui fit un bisou sur la joue avant de reposer sa tête sur son épaule.

Amnesia se demanda alors ce à quoi il pensait, à cet instant même. Elle releva les yeux vers lui. Non, c'est mal, c'est ton ami ... pensa-t-elle. Elle grogna, mais se décida : elle voulait savoir ce qu'il pensait. Elle se concentra sur son pouvoir, et pénétra ses pensées ...

[Désolée pour le retard. C'est pas gégé.]

CODAGE PAR MADOUCE SUR EPICODE
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Prit la main dans le sac [PV: Amnesia Kenbo] Dim 1 Fév 2015 - 1:04
J'attendais alors qu'elle me rejoigne. Elle esquissa un sourire en me disant que c'était de ma faute si elle ne m'avait pas rejoint avant car je le lui avais demandé. Puis après une grande inspiration de la petite, elle rectifia qu'elle n'avait plus envie de me suivre lorsque je lui disais d'attendre. Je souriais. Elle me lança alors qu'il ne fallait pas que je fasse le beau car je ne l'étais pas. Cela me vexa mais bon, je n'étais pas là pour lui plaire.

Elle commença à partir en rigolant. Elle était belle, tout de même. Je la rattrapais et on marcha, côte à côte, dans les rues totalement désertes. C'était silencieux et paisible à la fois. Quand on levait la tête, on voyait une lune pleine. Pas un nuage dans le ciel, cette nuit-là. Seule une petite brise était mais ce n'était pas dérangeant. Pas du tout. Les cheveux d'Amnesia et les miens volaient un peu. Les rues étaient silencieuses. On n'entendait que le son des feuilles et nos pas. Un tintement se fit entendre. Ce son ? La tiare qu'Amnesia avait accroché à son front. Il tintait grâce au vent. Nous avancions, encore et encore dans le plus grand silence. Alors que j'avais la tête ailleurs, je sentis ma main frôlée la sienne. Nous marchions côte à côte, en fait, nous étions très proches l'un de l'autre. Que ce soit physiquement ou mentalement. J'aurais voulu prendre sa main mais je ne pense pas qu'elle allait bien le prendre. Je ne fis donc rien. Je la vis, du coin de l’œil, détourner sa tête. Je me demandai ce qu'elle avait vu.

Alors que nous marchions dans ce grand silence, Amnesia me prit la main et m'emmena sur un banc. Je souriais. Après quelques instant, elle décida de me lâcher la main qu'elle avait garder jusque là. On aurait dit qu'elle ne voulait pas la lâcher... Comme si elle avait envie de la garder par sécurité. Elle s'excusa, légèrement rouge. Je continuai de sourire. Elle me fixa tandis que je la fixai aussi, puis elle soupira et mis sa tête sur mon épaule. Je posai ma tête sur la sienne, comme quelqu'un qui voulait protéger sa soeur. Oui, c'est ça: Sa Sœur. Amnesia était une petite soeur !

Elle regardait le ciel. Je fis de même. Il était éclairer par l'astre de nuit et toutes ces petites lumières qui l'accompagnaient dans son travail. C'est alors que je sentis la tête de la petite neko se poser plus amplement. Était-elle en train de dormir ? Si c'était le cas, je ne devais pas bouger. Et c'est ce que je fis. Je ne bronchais pas. Je me demandais de quoi elle rêvait car je pouvais voir son oreille bouger dans son sommeil. Cela m'amusa légèrement. Je relevai les yeux au ciel. Ce ciel était vraiment féerique. J'aimais regarder le ciel. C'était tellement beau. En plus, pour une fois, il y avait un silence absolu enfin, c'était jusqu'à ce qu'une porte se claqua suite au passage d'un homme qui rendrait chez lui. Je sentis Amnesia relever la tête soudainement. L'homme lui avait fait peur et son sommeil avait été déranger. Elle se posa, à nouveau, sur mon épaule après m'avoir fait un bisou sur la joue. Celles-ci devinrent rouges. Mais Amnesia ne le vit pas.

J'aimais ces instants de silence, à regarder le ciel. Je pouvais réfléchir et penser à ce que je voulais sans que personne ne sache ce que je me disais.

" Ce ciel... Si c'était des perles que je pouvais revendre, je serais riche ! Mon rêve... qui ne se réaliserait jamais. Un hybride ? Devenir riche ? Impossible ! Et qui commande les humains ? Pire qu'impossible ! Mon rêve partait en fumée, jour après jour que la vie fait... " Je soupirais mais mes pensées continuaient alors que mon regard se posa sur Amnesia. " Elle est belle tout de même, mais je ne la considère que comme ma petite soeur. C'est vrai que ces sentiments pourraient être de l'amour mais non, je lis dans mon cœur et maintenant, je sais que ce n'est que ma petite soeur. En fait, en la rencontrant, j'avais rencontrer celle qui ferait ma famille. Elle était MA famille... Elle était MA petite soeur... Le pire, en fait, c'est qu'elle ressemble à mon père. Elle a la couleur de cheveux, la couleur des yeux et ses oreilles et sa queue de mon père. Il était brun aux yeux jaune-orangé et c'était un neko ... C'était bizarre comme coïncidence... Je n'aime pas les coïncidence... Amnesia est ma soeur à partir d'aujourd'hui ! "

Je souriais à cette pensée. J'aimais cette pensée. Je la chérissais. Je voulais croire que ça allait être ainsi toute la vie. Qu'Amnesia accepterait... Mais non. Elle était solitaire et je l'étais aussi. Je ne resterai pas avec elle éternellement. Je retournerai, tôt ou tard, dans mes petits bois... C'était ma vie... Et je continuerais ma vie telle que je l'ai commencer ... C'était comme ça. Un jour prochain, je partirais de chez elle. Elle ne le saura qu'au petit matin, surement.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Prit la main dans le sac [PV: Amnesia Kenbo] Ven 6 Fév 2015 - 19:45


Prit la main dans le sac !

« Il ne faut jamais vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué ! »
Amnesia Kenbo & Konoe Lamento




Enfin, elle pénétra les pensées du Neko. Les yeux mi-clos, elle écouta ses pensées, comme un espion qui doit écouter les conversations du Chef ennemi. Elle était intérieurement surexcitée comme une enfant. Voilà longtemps qu'elle n'avait pas usé de ce pouvoir. Ses pensées, ses pensées ...

Ce ciel ... Si c'étaient des perles, je pourrais les revendre ! Mais, ma parole, ce garçon ne pense qu'à l'argent ! Ne peut-il pas avoir des pensées plus jolies de temps à autres ? L'argent ... Il n'y a pas que cela dans la vie ! La Neko fronça les sourcils. Ses pensées me dégoûtent. Il se trouve actuellement avec moi, et tout ce à quoi il pense, c'est l'argent ? Cela ne lui plaît donc pas d'être avec moi ? Il est là par peur de me blesser ? Ou bien ... Il compte peut-être me voler directement dans la boutique ! Que je suis naïve ! Quelle idiote fais-je ! Comment ai-je pu me laisser ainsi berner ? Oh, cela me fait si mal ...  Elle ouvrit la bouche, prête à dire quelque chose, mais, soudainement, il continua. Elle referma les yeux, mais avait eu le temps de voir qu'il se tournait vers elle. Elle est belle quand même, mais je ne la considère que comme ma petite soeur. Il s'explique à lui-même ce qu'il ressent ... Attends .. Petite soeur ? Moi ? Quelqu'un m'apprécie, dans ce bas monde ? Et ... Et il ne m'a pas trahie ? Il n'a aucune intention étrange ... Il ... Il m'apprécie ... ? Je ne sais quoi dire, quoi penser. Alors, je ne suis plus seule ... En fait, en la rencontrant, j'avais rencontré celle qui ferait ma famille. Euuuuuuh ... ? Elle est MA famille ... Elle est MA petite soeur. Ah, oui, d'accord, c'est mieux ainsi ... Eh, mais ! Je ne t'appartiens pas, débile de Neko. Le pire, en fait, c'est qu'elle ressemble à mon père. Comment ça je ressemble à son père ? Les coïncidences ... Ça n'existe pas. Il faut que je le lui en parle. Enfin, ça va être délicat ... Je veux croire que cela sera ainsi toute la vie ... Si c'est ce que tu désires, cela le sera toute la vie. Et j'aimerai aussi ... ... Mais non. Mais non ... ?! Elle est solitaire, et moi aussi. Et .. Et alors ?! On peut changer ! Non, je ne veux pas qu'il m'abandonne ... J'ai besoin de lui, il est le seul qui me comprend ... Je ne resterai pas avec elle éternellement. Je retournerai, tôt ou tard, dans mes petits bois ... C'est ma vie ... Et je continuerai ma vie telle que je l'ai commencée ... Non ... Non ... Il va finalement m'abandonner ... ?! Traître ... Traître. Traître ! TRAÎTRE ! Je le déteste ...

Amnesia rouvrit soudainement les yeux. Sans qu'il ne le voit, une larme avait coulé le long de sa joue. Elle se demandait pourquoi est-ce que les gens l'abandonnaient toujours ? Était-elle si désagréable que cela ? Ils ne l'aidaient pas à s'aimer. Non. De jours en jours elle se détestait. Plus que tout au monde. A part ses parents. Ah, ses parents. Ils l'avaient lâchement abandonnée. Elle les haïssait plus que tout au monde, et si Konoe faisait la même chose, il les rejoindrait dans son estime. Pourquoi maintenant qu'elle appréciait quelqu'un, qu'elle se sentait bien avec, pourquoi est-ce qu'il voulait partir ?
Elle avait beaucoup de choses à lui dire. Mais, elle ne pouvait pas les lui dire comme cela, comme s'il les avait dites à voix haute. Il lui en voudrait probablement de s'être incrustée dans ses pensées. Elle en avait comme besoin. Dans sa tête, il le fallait. Or, Konoe ne le verrait probablement pas de cet œil. Elle soupira, et se jeta à l'eau. Après tout, elle n'avait, visiblement, plus rien à perdre.

« Pourquoi ? ... Dis-moi pourquoi tu m'abandonnes, sale lâche ?! »


Elle se leva soudainement, les larmes aux yeux. Elle se plaça devant lui, les oreilles en avant, et la queue battante. A ce moment, elle le détestait. Oui, du plus profond de son cœur. Il était comme les autres. " Tu m'es utile une journée. Demain, je te jetterai." Elle ne savait pas quand est-ce qu'il partirait. Peut-être serait-ce des années plus tard. Mais qu'importe, il l'avait sous-entendu : un jour, il s'en ira. A cause de lui, elle était devenue fragile, dépendante des gens. C'est pour ça qu'elle le détestait.

« Tu es un monstre, Lamento ! Tu me dis des mots gentils, et puis un jour, tu partiras ! C'est ça ton plan ? Elle continua avant qu'il ne puisse dire quoi que ce soit. Je sais ! Je sais tout ! Oui, pardon, je me suis infiltrée dans tes pensées ... Et ... Et tu ne penses qu'à l'argent .. Et  ... Et tu vas m'abandonner ! Oui, tu comptes partir ! Tu es lâche ! Lâche ! Tu m'entends ? »


Oh oui, le pauvre jeune homme devait l'entendre. Et dans les rues sombres et noires, on entendait qu'elle. Plusieurs maisons s'allumèrent, et l'un ouvrit même sa fenêtre en hurlant : " Ouais, ben, mec s'tu veux la quitter fais ça ailleurs, y'en a qui veulent dormir" et Amnesia hurla : " MAIS ON N'EST PAS ENSEMBLE ! Bande de minables, je hurle si je veux !". L'homme soupira avant de fermer sa fenêtre. D'un coup de main, elle essuya ses larmes, et se tourna de nouveau vers Konoe. Elle était très énervée, et elle essaya de se convaincre que c'était pour cela qu'elle avait les larmes aux yeux. Mais, elle savait pertinemment que ce n'était pas pour cette raison. Amnesia s'était attachée à ce Neko. Il était un peu le pilier qui manquait à sa vie. Il lui permettait de se raccrocher, si elle manquait de tomber. Elle qui s'attachait peu facilement, ce lien s'était créé si vite ... Comme s'il avait toujours été là, sans exister. Elle lâcha un : " Oh, et puis zut. J'en ai marre ..." Elle tourna les talons, et commença à retourner chez elle. S'il voulait partir, autant qu'il le fasse à ce moment là. Il va me détester ... Il va me détester ... pensa-t-elle, en soupirant, et en marchant doucement. Mais, qu'en ai-je à faire ? Moi aussi, je le déteste de toute façon ! ... Non, je ne peux pas le détester ... Elle prit une grande inspiration, et continua sa route, sans se retourner. Elle savait que ce n'était que le début de la fin ...

CODAGE PAR MADOUCE SUR EPICODE
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Prit la main dans le sac [PV: Amnesia Kenbo] Ven 27 Mar 2015 - 2:48
« Pourquoi ? ... Dis-moi pourquoi tu m'abandonnes, sale lâche ?! »

Je la regardais se lever. Je ne compris pas sur le coup. L'abandonner ? Où est-ce qu'elle avait entendu que je voulais l'abandonner ?
Elle se leva d'un seul coup. Je fis la même chose. Ses yeux brillaient. Elle se retenait de pleurer. Ses oreilles et sa queue montraient de la colère et aussi de la tristesse. Je ne comprenais toujours pas ce qu'il lui prenait. Alors que j'allais lui demander, elle continua de crier :

« Tu es un monstre, Lamento ! Tu me dis des mots gentils, et puis un jour, tu partiras ! C'est ça ton plan ? Je sais ! Je sais tout ! »

STOP !

Déjà, depuis quand m'appelle-t-elle par mon nom de famille ?.. Pourquoi suis-je un monstre !? Qu'est-ce que j'ai fait ?! Comment sait-elle que je vais partir.. Qu'est-ce qu'il se passe ici !? Comment peut-elle savoir des choses que j'ai pensé ?.. Je ne comprend pas...
Elle ne me laissa pas, non plus, lui demander..  

« Oui, pardon, je me suis infiltrée dans tes pensées »

Infiltrée.. dans mes pensées.. Elle sait lire dans les pensées et elle lit les miennes.. Pourquoi.. Je lui faisais confiance.. et si j'avais su qu'elle lisait dans les pensées, je lui aurais donné ma confiance sans l'ombre d'un doute. Pour moi, elle n'aurait jamais fait ça.. Alors pourquoi.
Cela me blessa au plus au point.. Et dire que si cela se trouve, elle sonde encore mes pensées. A cette pensée, elles se fermèrent...

« ... Et ... Et tu ne penses qu'à l'argent .. Et  ... Et tu vas m'abandonner ! Oui, tu comptes partir ! Tu es lâche ! Lâche ! Tu m'entends ? »

Oui, peut-être que je ne pense qu'à l'argent, mais ça, ce n'est pas ma faute. Je ne suis pas riche et je n'ai pas assez pour me payer de la nourriture, ni même un toit.. Alors oui, l'argent est une chose à laquelle je ne fais que penser. Il faut bien que je trouve de l'argent quelque part et c'est pas en restant sans réfléchir, même dans des moments où on est aussi bien, que l'argent va tomber du ciel ! Et oui... Amnésia. Je vais devoir partir, surtout maintenant que je sais que tu peux lire en moi sans gêne. Dans ma tête, ça va commencer à faire un blocage, assez conséquent, je dois dire, et tu peux m'appelé comme tu le souhaites.
Lâche, Monstre. Je suis déjà passé par là de toute façon .. Mais ça c'est une autre histoire.

C'est alors que j'entendis un fenêtre et un homme crié suivit des hurlement d'Amnésia. Je n'écoutais pas ce qu'ils se disaient. J'étais beaucoup trop bouleversé pour daigner écouter. Je la vis se retourner sur moi. Elle avait essuyé ses larmes. Je ne disais rien.. Nous étions proches, au point que je la considère comme une petite soeur et au point de la défendre au prix de ma vie. En une journée ce lien s'était créé, ce qui prouvait bien que nous deux, ce n'était pas que du vent.. Il y avait quelque chose qui nous unissait contre notre gré. Mais je n'en avais plus rien à en faire. Je m'en fichais, maintenant. " Oh, et puis zut. J'en ai marre ..." Elle tourna les talons et commença à faire le chemin inverse de celui pour venir sur ce banc.

Je la regardais un temps. C'était trop dur de la voir partir .. Je la rattrapais et la fis tourner sur elle même. Je ne voulais pas m'énerver mais j'eu comme l'impression qu'il fallait que je le fasse, comme si j'étais son frère... ou son père.

" Tu n'avais pas le droit de lire l'intérieur de moi-même ! Tu n'en avais pas le droit ! Et puis si je pars, ce n'est pas pour t'abandonner ! Je serais toujours là, quelque part où tu pourras me trouver ! Merde alors ! Je te faisais confiance ! J'avais une confiance aveugle en toi ! Je t'aurais laissé ma vie entre tes mains ! J'ai même faillit y passer pour tes beaux yeux alors que l'on ne se connaissait pas ! Tu t'en souviens ou tu as la cervelle remplis de mes pensées, en ce moment même ?! "

Je me stoppais là. J'en avais trop fait. Je ne voulais pas dire ça.. mais c'était trop tard. Le mal était déjà fait. Je l'avais déjà dit. Je ne pouvais plus aller en arrière. C'était donc finis..?
Je la regardais longuement avant de lui dire plus calmement mais sèchement :

" On va chez toi et on va dormir. On parlera plus calmement demain. La colère sera passée et tu pourras m'expliquer ce qui t'as pris.. "

Je continuais la route qu'elle avait commencer à prendre pour rentrer. Notre amitié avait duré une journée. Mais celle-ci avait belle et bien existé. Ça c'était sûr et certain. En marchant, je baissais la tête en essayant de faire taire mes pensées et faire disparaître mes émotions de mon visage.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Prit la main dans le sac [PV: Amnesia Kenbo]
Revenir en haut Aller en bas

Prit la main dans le sac [PV: Amnesia Kenbo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Pourquoi il ne faut pas mettre la main dans un engrenage?
» Prise la main dans le sac...[PV Sacha]
» Se promène par la main (pv Gael)
» Les Sorciers pourpres en vadrouille
» CANICHES d'élevage Tous âges URGENT à placer - VAR

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les terres d'Aëndryl :: Règlement et Administration :: Archives 2014-2017 :: RP Forum-